Connect with us

Headlines

L’administration fédérale américaine est partiellement paralysée

Editor

Published

on

[ad_1]

Les deux chambres du Congrès doivent s’entendre sur le même texte législatif pour que la loi soit adoptée.

La balle est actuellement dans le camp du Sénat, qui doit décider s’il accepte telle quelle la loi budgétaire adoptée jeudi soir par la Chambre des représentants. Si ce n’est pas le cas, la loi modifiée par le Sénat devra retourner à la Chambre pour approbation.

Mais si elle est acceptée par au moins 60 sénateurs, la loi sera alors soumise à l’approbation du président Trump. Un vote des sénateurs en faveur de la loi nécessitera l’appui de plusieurs démocrates ou des deux indépendants qui s’entendent habituellement avec eux.

« Des débats constructifs sont en cours », a assuré le leader de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, avant de quitter le Capitole.

En fin de journée vendredi, le Sénat s’était d’abord prononcé en faveur de la tenue d’un vote sur cette loi budgétaire. Le vote du vice-président Mike Pence a changé la donne, produisant 48 votes pour et 47 contre.

« Le Sénat a accepté de procéder [au vote] afin que les démocrates et la Maison-Blanche aient la plus grande flexibilité possible pour continuer de négocier », a affirmé Mitch McConnell.

J’espère que les démocrates du Sénat travailleront avec la Maison-Blanche sur une entente qui peut recevoir l’aval des deux chambres du Congrès ainsi que celui du président.

Mitch McConnell, le leader de la majorité républicaine au Sénat

La loi budgétaire, qui doit garantir le financement de l’administration fédérale jusqu’au 8 février, comprend une somme de 5 milliards de dollars américains pour la construction du mur le long de la frontière avec le Mexique, comme l’exige le président Donald Trump.

Les représentants républicains, qui contrôlent la Chambre pour encore quelques jours, ont accepté d’inclure cette somme après que le président Trump eut assuré qu’il ne signerait pas une loi qui n’en tiendrait pas compte. Les élus démocrates, eux, tiennent mordicus à bloquer le financement de ce mur.

Des négociations sont donc en cours afin que les leaders démocrates trouvent un terrain d’entente avec la Maison-Blanche.

Comme la loi budgétaire ne sera pas adoptée avant minuit, 25 % de l’administration fédérale américaine cessera d’être financé (shutdown), soit neuf départements et plusieurs agences, et 420 000 employés de l’État se retrouveront en congé forcé, dont ceux du département de la Sécurité intérieure.

Ce sera la troisième fois cette année que l’administration fédérale américaine sera paralysée, une première en 40 ans.

Trump prêt pour une longue paralysie

En matinée, Donald Trump avait rencontré des leaders républicains du Congrès, dont Mitch McConnell, pour discuter de la situation.

Commentant l’état des lieux quelques minutes plus tard, le président avait assuré qu’il était « totalement prêt pour une très longue paralysie de l’État », tout en disant espérer que cela soit évité. « Cela appartient aux démocrates. »

Il est possible que nous ayons une paralysie. Je dirais que les chances sont probablement très bonnes, parce que je ne pense pas que les démocrates se préoccupent beaucoup de cet enjeu [la sécurité aux frontières, NDLR].

Donald Trump, président des États-Unis

Lors d’un échange télévisé avec les deux leaders des minorités démocrates au Congrès la semaine dernière, M. Trump avait plutôt déclaré qu’il serait « fier de paralyser le gouvernement pour la sécurité aux frontières », et qu’il en assumerait l’entière responsabilité.

La perspective d’une paralysie du gouvernement semblait s’être éloignée plus tôt cette semaine après que la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, eut annoncé que le président cherchait d’autres façons d’obtenir les 5 milliards de dollars qu’il veut obtenir pour construire un mur à la frontière américano-mexicaine.

Le Sénat avait d’ailleurs adopté à l’unanimité mercredi une version de loi budgétaire qui ne comportait pas de crédits pour la construction du mur, mais un peu plus de 1 milliard pour la sécurité à la frontière. L’affaire semblait entendue.

Selon les médias américains, le président Trump a fait volte-face après avoir constaté que des commentateurs habituellement favorables à son administration l’accusaient d’avoir baissé pavillon devant les démocrates.

« Succombons-nous à la tyrannie des animateurs de radio? », s’est d’ailleurs demandé le sénateur républicain Bob Corker, vendredi. « Nous avons deux animateurs de radio qui influencent le président. C’est de la tyrannie, n’est-ce pas? »

Donald Trump, président des États-Unis

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

‘Too soon to celebrate’ Ottawa’s low case count, says Etches

Editor

Published

on

By

Ottawa Public Health (OPH) logged just 11 new cases of COVID-19 on Tuesday, the lowest daily total since Sept. 1.

Because of the lag between testing and reporting, the low number could simply reflect low turnout at the city’s testing sites on weekends — all month, new case counts have been lower on Tuesdays and Wednesdays. 

During a virtual news conference Tuesday, the city’s medical officer of health Dr. Vera Etches said she doesn’t read too much into a single day’s report.

“I don’t think we can make too much of 11. Actually, it could be a lot higher tomorrow — I would expect that, on average,” she said. “It’s too soon to celebrate.”

Provincewide, public health officials reported 1, 249 new cases Tuesday.

OPH also declared 62 cases resolved Tuesday, lowering the number of known active cases in the city to 462. Two more people have died, both in care homes currently experiencing outbreaks, raising the city’s COVID-19 death toll to 361. 

Continue Reading

Headlines

Santa Claus isn’t coming to Ottawa’s major malls this year

Editor

Published

on

By

Santa Claus may still be coming to town this Christmas, but he won’t be dropping by any of Ottawa’s major malls, thanks to the COVID-19 pandemic.

On Friday, Cadillac Fairview said Santa won’t be making an appearance at any of its 19 malls across Canada, including Rideau Centre in downtown Ottawa. On Tuesday, Bayshore and St. Laurent shopping centres confirmed they, too, are scrapping the annual tradition.

“Due to the evolution of the situation in regards to COVID-19, we have made the difficult decision to cancel our Santa Program and Gift Wrap Program this year,” Bayshore spokesperson Sara Macdonald wrote in an email to CBC.

Macdonald said parent company Ivanhoé Cambridge cancelled all holiday activities “due to the rising number of COVID-19 cases across the country.”

Macdonald said families that had already booked an appointment to visit Santa will receive an email with more information.  

Virtual visits with Santa

Rideau Centre said based on customer research and discussions with public health officials, its North Pole is going online this year.

“Children will be able to have a private chat with Santa,” said Craig Flannagan, vice-president of marketing for Cadillac Fairview. “You’ll also be able to join a 15-minute storytime with Santa over Facebook Live.” 

At Place d’Orléans Shopping Centre, visitors are invited to take a “selfie with Santa” — actually, a life-size cutout of Santa Pierre, the man who’s been playing Santa at the east end mall for years.

“We understand that this is not ideal, but in lieu of this tradition we will be doing what we can to maintain and encourage holiday cheer,” according to a statement on the mall’s Facebook page.

Continue Reading

Headlines

Ottawa Bylaw breaks up two large parties in Ottawa over the weekend

Editor

Published

on

By

OTTAWA — Ottawa Bylaw is investigating social gatherings of more than 10 people in private homes across Ottawa last weekend.

Mayor Jim Watson tells Newstalk 580 CFRA that Ottawa Bylaw broke-up two house parties over the weekend, with 20 to 25 people at each party.

“That’s the kind of stupidity that angers me, that’s where the bulk of the transmissions are taking place, if we exclude the tragedy of the long-term care homes; it’s these house parties with unrelated people,” said Watson on Newstalk 580 CFRA’s Ottawa at Work with Leslie Roberts.

“The message doesn’t seem to be getting through, particularly to some young people who think they’re invincible.”

In a statement to CTV News Ottawa, Bylaw and Regulatory Services Director Roger Chapman says, “There are still ongoing investigations from this past weekend that could result in charges.”

Chapman says recent investigations led to two charges being issued for social gatherings of more than 10 people in a private residence in contravention of the Reopening Ontario Act.

“In one case, up to 30 individuals were observed attending a house party in Ward 18 on Oct. 24,” said Chapman.

“The second charge was issued following a house party in Ward 16 on Oct. 31, where up to 16 individuals were observed to be in attendance.”

The fine is $880 for hosting an illegal gathering.

Alta Vista is Ward 18, while Ward 16 is River Ward.

Ottawa Bylaw has issued 24 charges for illegal gatherings since the start of the pandemic.

Continue Reading

Chat

Trending