Connect with us

Headlines

Faute de navires, les scientifiques « incapables d’aller en mer »

Editor

Published

on

[ad_1]

La Norvège, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Chine, les États-Unis; nombreux sont les pays qui peuvent compter ou compteront sous peu sur des brise-glace de recherche modernes.

Grand absent de cette liste : le Canada, qui mène ses missions scientifiques à bord de deux navires vieillissants, et dont un seul est accessible aux chercheurs universitaires.

Le cas du NGCC Amundsen est sans doute le plus connu dans la région de Québec. Le brise-glace appartenant à la Garde côtière canadienne partage son temps entre la recherche et ses activités conventionnelles de déglaçage.

Cela laisse trop peu de temps aux scientifiques de mener à bien leurs missions.

La demande est d’environ 250 jours de recherche par année, dont moins de la moitié pourra être honorée cette année, soutient Louis Fortier, directeur de projet chez Amundsen Science. « Si on va chercher 120 jours, ça va être beau. »

Le navire peut être réquisitionné à tout moment par la Garde côtière. Les gestionnaires ont également un mot à dire sur les activités du brise-glace.

Qu’est-ce qu’on fait nous autres? Qu’est-ce qu’on attend pour s’équiper d’une paire de brise-glace de recherche modernes?

Louis Fortier, responsable scientifique chez Amundsen Science

En 2019, par exemple, le NGCC Amundsen devait participer à une importante mission autour du Groenland.

« On n’a pas pu le faire finalement parce que les gestionnaires craignaient que le navire puisse être endommagé », explique M. Fortier, qui déplore un effritement du leadership canadien.

À ce sujet, l’océanographe observe une perte d’expertise à la Garde côtière.

« On a perdu à la fois la mémoire corporative du projet Amundsen et, maintenant, les décisions sont prises par des gens qui ont très peu d’expérience en mer. »

« Vide de 15 à 20 ans »

Pour répondre à la demande, autant locale qu’internationale, la communauté scientifique estime qu’il faut trouver une solution rapidement.

Pas question d’attendre la mise en œuvre de la stratégie de construction navale pour le renouvellement des brise-glace.

Car par le temps que seront contruits les bateaux, le Canada aura accumulé des années de retard en recherche.

« Ça crée un vide 15 à 20 ans […] parce qu’on est plus capable d’aller en mer », ajoute M. Fortier, ajoutant que les besoins en recherche se multiplient, notamment dans l’Arctique. « Le secteur privé est très inquiet. »

Deux hommes regardent des plans. Les océanographes Louis Fortier, à gauche, et Alexandre Forest d’Amundsen Science regardent les plans du brise-glace de Fednav. Photo : Radio-Canada / Benoit Roussel

Construire à l’étranger

Le chercheur de l’Université Laval a déjà proposé de faire construire des navires à l’étranger en partenariat avec le secteur privé. Mais sa demande est demeurée sans réponse par Ottawa, dit-il.

Les scientifiques en sont donc à se mobiliser partout au pays pour faire pression sur le gouvernement fédéral.

Du côté de l’Atlantique, les universités n’ont accès à aucun navire de recherche et vivent des problèmes similaires aux océanographes de l’Amundsen.

L’une des rares possibilités est de mener des missions d’opportunité à bord du CCGS Hudson, un navire construit en 1962.

Douglas Wallace, océanographe à l’Université Dalhousie, estime qu’il est grand temps que le gouvernement fédéral, le secteur privé et la communauté scientifique s’assoient ensemble pour discuter de cet enjeu. « Il faut que ce soit au cours de la prochaine année », plaide-t-il.

Sans remettre en question le programme de renouvellement de la flotte de brise-glace, les scientifiques espèrent trouver un moyen de combler ce vide à court terme.

« Toutes les solutions doivent être étudiées », recommande M. Wallace. Acheter, construire à l’étranger, éplucher la flotte disponible au pays ou encore convertir un navire pour la recherche, rien ne doit être exclu.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

‘Too soon to celebrate’ Ottawa’s low case count, says Etches

Editor

Published

on

By

Ottawa Public Health (OPH) logged just 11 new cases of COVID-19 on Tuesday, the lowest daily total since Sept. 1.

Because of the lag between testing and reporting, the low number could simply reflect low turnout at the city’s testing sites on weekends — all month, new case counts have been lower on Tuesdays and Wednesdays. 

During a virtual news conference Tuesday, the city’s medical officer of health Dr. Vera Etches said she doesn’t read too much into a single day’s report.

“I don’t think we can make too much of 11. Actually, it could be a lot higher tomorrow — I would expect that, on average,” she said. “It’s too soon to celebrate.”

Provincewide, public health officials reported 1, 249 new cases Tuesday.

OPH also declared 62 cases resolved Tuesday, lowering the number of known active cases in the city to 462. Two more people have died, both in care homes currently experiencing outbreaks, raising the city’s COVID-19 death toll to 361. 

Continue Reading

Headlines

Santa Claus isn’t coming to Ottawa’s major malls this year

Editor

Published

on

By

Santa Claus may still be coming to town this Christmas, but he won’t be dropping by any of Ottawa’s major malls, thanks to the COVID-19 pandemic.

On Friday, Cadillac Fairview said Santa won’t be making an appearance at any of its 19 malls across Canada, including Rideau Centre in downtown Ottawa. On Tuesday, Bayshore and St. Laurent shopping centres confirmed they, too, are scrapping the annual tradition.

“Due to the evolution of the situation in regards to COVID-19, we have made the difficult decision to cancel our Santa Program and Gift Wrap Program this year,” Bayshore spokesperson Sara Macdonald wrote in an email to CBC.

Macdonald said parent company Ivanhoé Cambridge cancelled all holiday activities “due to the rising number of COVID-19 cases across the country.”

Macdonald said families that had already booked an appointment to visit Santa will receive an email with more information.  

Virtual visits with Santa

Rideau Centre said based on customer research and discussions with public health officials, its North Pole is going online this year.

“Children will be able to have a private chat with Santa,” said Craig Flannagan, vice-president of marketing for Cadillac Fairview. “You’ll also be able to join a 15-minute storytime with Santa over Facebook Live.” 

At Place d’Orléans Shopping Centre, visitors are invited to take a “selfie with Santa” — actually, a life-size cutout of Santa Pierre, the man who’s been playing Santa at the east end mall for years.

“We understand that this is not ideal, but in lieu of this tradition we will be doing what we can to maintain and encourage holiday cheer,” according to a statement on the mall’s Facebook page.

Continue Reading

Headlines

Ottawa Bylaw breaks up two large parties in Ottawa over the weekend

Editor

Published

on

By

OTTAWA — Ottawa Bylaw is investigating social gatherings of more than 10 people in private homes across Ottawa last weekend.

Mayor Jim Watson tells Newstalk 580 CFRA that Ottawa Bylaw broke-up two house parties over the weekend, with 20 to 25 people at each party.

“That’s the kind of stupidity that angers me, that’s where the bulk of the transmissions are taking place, if we exclude the tragedy of the long-term care homes; it’s these house parties with unrelated people,” said Watson on Newstalk 580 CFRA’s Ottawa at Work with Leslie Roberts.

“The message doesn’t seem to be getting through, particularly to some young people who think they’re invincible.”

In a statement to CTV News Ottawa, Bylaw and Regulatory Services Director Roger Chapman says, “There are still ongoing investigations from this past weekend that could result in charges.”

Chapman says recent investigations led to two charges being issued for social gatherings of more than 10 people in a private residence in contravention of the Reopening Ontario Act.

“In one case, up to 30 individuals were observed attending a house party in Ward 18 on Oct. 24,” said Chapman.

“The second charge was issued following a house party in Ward 16 on Oct. 31, where up to 16 individuals were observed to be in attendance.”

The fine is $880 for hosting an illegal gathering.

Alta Vista is Ward 18, while Ward 16 is River Ward.

Ottawa Bylaw has issued 24 charges for illegal gatherings since the start of the pandemic.

Continue Reading

Chat

Trending