Connect with us

Headlines

Le pari d’un entrepreneur d’Halifax contre la montée du niveau de la mer

Editor

Published

on

[ad_1]

Un texte d’Olivier Lefebvre

Pas simple de construire contre une force de la nature et encore moins de prévoir ses soubresauts. Le visage du front de mer d’Halifax est en pleine transformation avec la construction d’un imposant complexe évalué à 200 millions de dollars.

Si on se fie aux prévisions, le paysage continuera de changer d’ici la fin du siècle. Les scientifiques ne savent pas encore exactement à quel point, mais en ont une bonne idée. L’organisme Climate Central a conçu un outil qui permet de visualiser la montée du niveau de la mer dans le port d’Halifax.

À gauche, le scénario d’un réchauffement de la température du globe de quatre degrés Celcius. À droite, celui d’un réchauffement de deux degrés Celcius.

Denis Gilbert est chercheur en océanographie physique chez Pêches et Océans Canada.Denis Gilbert est chercheur en océanographie physique chez Pêches et Océans Canada. Photo : Radio-Canada

Le chercheur en océanographie physique chez Pêches et Océans Canada, Denis Gilbert, souligne que la montée du niveau de la mer n’affectera pas de la même façon la multitude de communautés côtières au pays.

Il est important de savoir que la terre ferme à Halifax n’est pas fixe. Elle descend à un rythme d’environ un millimètre par année. Ça fait en sorte que, dans le cas d’Halifax, la hausse relative du niveau de la mer est un peu plus rapide que dans d’autres régions sur la planète, explique-t-il.

Les estimations de la montée projetée du niveau de la mer diffèrent d'une communauté à l'autre au Canada en raison du mouvement des plaques tectoniques. Les estimations de la montée projetée du niveau de la mer diffèrent d’une communauté à l’autre au Canada en raison du mouvement des plaques tectoniques. Photo : Radio-Canada

À Halifax, les scientifiques prévoient une hausse moyenne de 90 cm en l’an 2100 par rapport à 1995. À Vancouver et Goose Bay, ces prévisions sont beaucoup moins marquées.

Se préparer et bâtir en conséquence

Ces estimations ont poussé la municipalité régionale d’Halifax à adopter certains règlements pour les nouvelles constructions résidentielles, explique la porte-parole de la ville d’Halifax, Victoria Martin.

Victoria Martin est porte-parole pour la ville d'Halifax.Victoria Martin est porte-parole pour la ville d’Halifax. Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Toutes les nouvelles constructions qui sont construites sur le front de mer, n’importe quel front de mer dans la municipalité, doivent être situées, le rez-de-chaussée, à au moins 2,5 mètres du niveau du port d’Halifax, souligne-t-elle.

Les entrepreneurs commerciaux sont fortement encouragés à suivre cette ligne directrice. Les concepteurs du Queen’s Marque sont allés encore plus loin.

Ils ont adapté leur plan en prenant en compte les prévisions les plus pessimistes pour le siècle prochain.

Le garage sous-terrain forme un bassin pour l’eau, le reste du projet est ainsi protégé.

Blaise Morrison, directeur du développement chez Armour Group

Des pompes installées de façon permanente serviront à renvoyer l’eau d’où elle vient, dans l’océan. Les principales composantes du système électrique seront placées en hauteur pour éviter qu’elles soient submergées et abimées. Les générateurs seront installés sur le toit.

Trois quais sont construits devant le Queen's Marque.Trois quais sont construits devant le Queen’s Marque. Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Les deux tiers des travaux complétés

La construction du Queen’s Marque dure déjà depuis deux ans. Le complexe commence à prendre forme.

La partie de droite sera louée à des fins commerciales, tandis que le centre du complexe sera occupé par un hôtel et la section gauche sera réservée à la location d’appartements luxueux.

La partie de droite sera louée à des fins commerciales, tandis que le centre du complexe sera occupé par un hôtel et la section gauche sera réservée à la location d'appartements luxueux.La partie de droite sera louée à des fins commerciales, tandis que le centre du complexe sera occupé par un hôtel et la section gauche sera réservée à la location d’appartements luxueux. Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

La phase la plus technique de la construction est maintenant chose du passé.

La première année a entièrement été consacrée aux travaux sous-terrains, comme la création d’un barrage pour construire les fondations et l’installation de murs faits de planches en acier pour les rendre étanches.

Des ancrages dans le roc sont aussi nécessaires pour retenir l’immeuble contre la force de l’eau.

C’est important parce que la pression de l’océan pousse continuellement le bâtiment, précise Blaise Morrison, directeur du développement chez Armour Group.

Le Queen’s Marque devrait être inauguré en 2020. La même année où la municipalité régionale d’Halifax doit présenter son plan d’action en matière de changements climatiques commandé au début décembre.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

‘Too soon to celebrate’ Ottawa’s low case count, says Etches

Editor

Published

on

By

Ottawa Public Health (OPH) logged just 11 new cases of COVID-19 on Tuesday, the lowest daily total since Sept. 1.

Because of the lag between testing and reporting, the low number could simply reflect low turnout at the city’s testing sites on weekends — all month, new case counts have been lower on Tuesdays and Wednesdays. 

During a virtual news conference Tuesday, the city’s medical officer of health Dr. Vera Etches said she doesn’t read too much into a single day’s report.

“I don’t think we can make too much of 11. Actually, it could be a lot higher tomorrow — I would expect that, on average,” she said. “It’s too soon to celebrate.”

Provincewide, public health officials reported 1, 249 new cases Tuesday.

OPH also declared 62 cases resolved Tuesday, lowering the number of known active cases in the city to 462. Two more people have died, both in care homes currently experiencing outbreaks, raising the city’s COVID-19 death toll to 361. 

Continue Reading

Headlines

Santa Claus isn’t coming to Ottawa’s major malls this year

Editor

Published

on

By

Santa Claus may still be coming to town this Christmas, but he won’t be dropping by any of Ottawa’s major malls, thanks to the COVID-19 pandemic.

On Friday, Cadillac Fairview said Santa won’t be making an appearance at any of its 19 malls across Canada, including Rideau Centre in downtown Ottawa. On Tuesday, Bayshore and St. Laurent shopping centres confirmed they, too, are scrapping the annual tradition.

“Due to the evolution of the situation in regards to COVID-19, we have made the difficult decision to cancel our Santa Program and Gift Wrap Program this year,” Bayshore spokesperson Sara Macdonald wrote in an email to CBC.

Macdonald said parent company Ivanhoé Cambridge cancelled all holiday activities “due to the rising number of COVID-19 cases across the country.”

Macdonald said families that had already booked an appointment to visit Santa will receive an email with more information.  

Virtual visits with Santa

Rideau Centre said based on customer research and discussions with public health officials, its North Pole is going online this year.

“Children will be able to have a private chat with Santa,” said Craig Flannagan, vice-president of marketing for Cadillac Fairview. “You’ll also be able to join a 15-minute storytime with Santa over Facebook Live.” 

At Place d’Orléans Shopping Centre, visitors are invited to take a “selfie with Santa” — actually, a life-size cutout of Santa Pierre, the man who’s been playing Santa at the east end mall for years.

“We understand that this is not ideal, but in lieu of this tradition we will be doing what we can to maintain and encourage holiday cheer,” according to a statement on the mall’s Facebook page.

Continue Reading

Headlines

Ottawa Bylaw breaks up two large parties in Ottawa over the weekend

Editor

Published

on

By

OTTAWA — Ottawa Bylaw is investigating social gatherings of more than 10 people in private homes across Ottawa last weekend.

Mayor Jim Watson tells Newstalk 580 CFRA that Ottawa Bylaw broke-up two house parties over the weekend, with 20 to 25 people at each party.

“That’s the kind of stupidity that angers me, that’s where the bulk of the transmissions are taking place, if we exclude the tragedy of the long-term care homes; it’s these house parties with unrelated people,” said Watson on Newstalk 580 CFRA’s Ottawa at Work with Leslie Roberts.

“The message doesn’t seem to be getting through, particularly to some young people who think they’re invincible.”

In a statement to CTV News Ottawa, Bylaw and Regulatory Services Director Roger Chapman says, “There are still ongoing investigations from this past weekend that could result in charges.”

Chapman says recent investigations led to two charges being issued for social gatherings of more than 10 people in a private residence in contravention of the Reopening Ontario Act.

“In one case, up to 30 individuals were observed attending a house party in Ward 18 on Oct. 24,” said Chapman.

“The second charge was issued following a house party in Ward 16 on Oct. 31, where up to 16 individuals were observed to be in attendance.”

The fine is $880 for hosting an illegal gathering.

Alta Vista is Ward 18, while Ward 16 is River Ward.

Ottawa Bylaw has issued 24 charges for illegal gatherings since the start of the pandemic.

Continue Reading

Chat

Trending