Connect with us

Headlines

Cinq sujets passés sous le radar en 2018

Editor

Published

on

[ad_1]

1. L’Afghanistan, une guerre oubliée

« C’est la plus longue guerre des États-Unis », rappelle François Brousseau, chroniqueur d’actualité internationale à Radio-Canada. Mais alors qu’on en a parlé abondamment pendant les premières années après l’intervention américaine, depuis quelque temps, il y a un phénomène de lassitude médiatique qui s’est installé, pense le chroniqueur.

Même si le pays est encore fréquemment secoué par des attentats meurtriers, c’est « une guerre oubliée » par la majorité des médias occidentaux.

Pourtant, quelque 16 000 soldats de l’OTAN et des milliers d’Américains sont encore sur place pour tenter de consolider la fragile démocratie afghane que les pays occidentaux soutiennent à coup de milliards de dollars.

L’Afghanistan est un des grands échecs des Occidentaux dans ce qu’on voulait être l’exportation de la démocratie et la fabrication de la paix après la guerre.

François Brousseau, chroniqueur d’information internationale à Radio-Canada

Les talibans ont repris une importante partie du territoire et contrôlent aujourd’hui près de la moitié du pays.

Cependant, croit Julien Tourreille, chercheur à la Chaire Raoul-Dandurand de l’Université du Québec à Montréal, 2018 sera peut-être une année charnière. « Les autorités afghanes, et même l’administration Trump, sont un peu plus ouvertes que par le passé à l’idée que les talibans soient reconnus comme une force politique incontournable qu’on ne peut pas simplement chasser du pays. »

2. Le Mali, exemple des conflits à venir?

Un militaire malien, monte la garde, en treillis militaire, son arme à la main. Un soldat malien monte la garde devant le quartier général de la force conjointe du G5 Sahel, à Sévaré, le 30 mai. Photo : Getty Images / Sebastien Rieussec

« Le Mali et le Sahel représentent l’avenir tant des conflits que des interventions, croit Bruno Charbonneau, directeur du Centre FrancoPaix de la Chaire Raoul-Dandurand, dans la mesure où ce qui se passe dans cette région est directement lié aux effets des changements climatiques. »

L’Afrique de l’Ouest est fortement dépendante des pluies pour la culture et l’élevage du bétail. La sécheresse qui sévit depuis plusieurs années entraîne une diminution de la superficie des terres fertiles, alimentant ainsi les hostilités latentes, affirme le chercheur.

Dans un contexte où les mécanismes de résolution de conflit, c’est-à-dire les structures de l’État, sont absents, ça peut éclater à tout moment.

Bruno Charbonneau, directeur du Centre FrancoPaix de la Chaire Raoul-Dandurand

Pour la communauté internationale, il y a donc une leçon à tirer de cette situation, qui risque bien de se répéter dans d’autres régions fragiles : « il faut être proactifs plutôt que réactifs », croit-il.

3. L’inévitable montée en puissance de la Chine

Le président chinois Xi Jinping Le président chinois Xi Jinping Photo : The Associated Press / Mark Schiefelbein

Ce n’est pas un phénomène nouveau, mais il est devenu incontournable en 2018.

L’influence de la Chine dans le monde s’est encore amplifiée au rythme de ses investissements dans les ressources naturelles, en Afrique, mais aussi en Amérique latine, ce qui suscite des réactions du côté des Américains, qui n’apprécient guère de voir évoluer les Chinois dans ce qu’ils considèrent être leur pré carré.

En Europe aussi, les investissements chinois se multiplient, que ce soit en République tchèque, au Portugal ou en Grèce, notamment dans le port du Pirée, qui appartient à l’entreprise chinoise Cosco Shipping Ports.

La Chine s’affirme ainsi en tant que puissance planétaire.

« C’est l’illustration d’une vraie compétition », précise Julien Tourreille.

Parallèlement à cette grande ouverture commerciale, sur le plan interne, les autorités chinoises répriment toute dissidence d’une poigne de fer. « On revient dans les années Mao, croit François Brousseau. On surveille les gens et on les fiche en mettant à profit les récentes découvertes en matière de reconnaissance faciale. »

« Xi Jinping veut démontrer qu’on peut avoir la prospérité et le progrès économique jusqu’à être les premiers dans le monde, mais sans la démocratie », affirme M. Brousseau.

4. En Ukraine, une guerre gelée

Des hommes en tenue de camouflage blanche avancent dans la neige avec un char d'assaut en arrière-plan.Des soldats ukrainiens participent à des exercices tactiques près du village de Goncharivske, dans la région de Chernihiv, près de la frontière russe, le 3 décembre 2018. Photo : Getty Images / SERGEI SUPINSKY

Le récent incident maritime en mer d’Azov entre des navires russes et ukrainiens a brièvement remis dans l’actualité ce conflit, qui est au point mort depuis quatre ans.

C’était la première confrontation militaire ouverte entre Moscou et Kiev depuis l’annexion de la Crimée par la Russie, en février 2014.

Hormis cet accrochage, l’Ukraine a à peine fait les manchettes ces derniers mois, même si les escarmouches et les affrontements se poursuivent sans relâche.

C’est une guerre gelée et oubliée, jamais officiellement déclarée, mais qui a fait 10 000 morts.

François Brousseau

La souveraineté ukrainienne sur les régions de Donetsk et de Louhansk, qui ont proclamé leur indépendance en 2014, n’a jamais été rétablie.

5. Les améliorations mondiales

Une fillette accroupie par terre reçoit une dose de vaccin oral.Un travailleur de la santé afghan administre le vaccin contre la polio dans la banlieue de Jalalabad, en Afghanistan, le 6 novembre 2018. Photo : Getty Images / NOORULLAH SHIRZADA

Les médias ont tendance à ne rapporter que les catastrophes et les conflits, mais il faut aussi souligner ce qui va bien dans le monde, croit François Brousseau.

La faim recule un peu partout, tout comme la mortalité infantile.

Malgré tout, on vit mieux sur la planète qu’on n’a jamais vécu.

François Brousseau, chroniqueur d’information internationale à Radio-Canada

Selon les données du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), on observe une tendance globale à l’amélioration continue du développement humain depuis 1990. L’espérance de vie s’est allongée de presque sept ans à l’échelle mondiale et les enfants d’âge scolaire peuvent prétendre à 3,4 années de scolarisation de plus.

Les niveaux moyens de l’Indice de développement humain (IDH) ont augmenté de 22 % un peu partout dans le monde et de 51 % dans les pays les moins développés depuis 1990.

« C’est un drame pour chaque individu qui le vit, mais si on regarde les statistiques froidement, il y a moins de gens souffrant de malnutrition qu’auparavant », remarque François Brousseau.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

‘Too soon to celebrate’ Ottawa’s low case count, says Etches

Editor

Published

on

By

Ottawa Public Health (OPH) logged just 11 new cases of COVID-19 on Tuesday, the lowest daily total since Sept. 1.

Because of the lag between testing and reporting, the low number could simply reflect low turnout at the city’s testing sites on weekends — all month, new case counts have been lower on Tuesdays and Wednesdays. 

During a virtual news conference Tuesday, the city’s medical officer of health Dr. Vera Etches said she doesn’t read too much into a single day’s report.

“I don’t think we can make too much of 11. Actually, it could be a lot higher tomorrow — I would expect that, on average,” she said. “It’s too soon to celebrate.”

Provincewide, public health officials reported 1, 249 new cases Tuesday.

OPH also declared 62 cases resolved Tuesday, lowering the number of known active cases in the city to 462. Two more people have died, both in care homes currently experiencing outbreaks, raising the city’s COVID-19 death toll to 361. 

Continue Reading

Headlines

Santa Claus isn’t coming to Ottawa’s major malls this year

Editor

Published

on

By

Santa Claus may still be coming to town this Christmas, but he won’t be dropping by any of Ottawa’s major malls, thanks to the COVID-19 pandemic.

On Friday, Cadillac Fairview said Santa won’t be making an appearance at any of its 19 malls across Canada, including Rideau Centre in downtown Ottawa. On Tuesday, Bayshore and St. Laurent shopping centres confirmed they, too, are scrapping the annual tradition.

“Due to the evolution of the situation in regards to COVID-19, we have made the difficult decision to cancel our Santa Program and Gift Wrap Program this year,” Bayshore spokesperson Sara Macdonald wrote in an email to CBC.

Macdonald said parent company Ivanhoé Cambridge cancelled all holiday activities “due to the rising number of COVID-19 cases across the country.”

Macdonald said families that had already booked an appointment to visit Santa will receive an email with more information.  

Virtual visits with Santa

Rideau Centre said based on customer research and discussions with public health officials, its North Pole is going online this year.

“Children will be able to have a private chat with Santa,” said Craig Flannagan, vice-president of marketing for Cadillac Fairview. “You’ll also be able to join a 15-minute storytime with Santa over Facebook Live.” 

At Place d’Orléans Shopping Centre, visitors are invited to take a “selfie with Santa” — actually, a life-size cutout of Santa Pierre, the man who’s been playing Santa at the east end mall for years.

“We understand that this is not ideal, but in lieu of this tradition we will be doing what we can to maintain and encourage holiday cheer,” according to a statement on the mall’s Facebook page.

Continue Reading

Headlines

Ottawa Bylaw breaks up two large parties in Ottawa over the weekend

Editor

Published

on

By

OTTAWA — Ottawa Bylaw is investigating social gatherings of more than 10 people in private homes across Ottawa last weekend.

Mayor Jim Watson tells Newstalk 580 CFRA that Ottawa Bylaw broke-up two house parties over the weekend, with 20 to 25 people at each party.

“That’s the kind of stupidity that angers me, that’s where the bulk of the transmissions are taking place, if we exclude the tragedy of the long-term care homes; it’s these house parties with unrelated people,” said Watson on Newstalk 580 CFRA’s Ottawa at Work with Leslie Roberts.

“The message doesn’t seem to be getting through, particularly to some young people who think they’re invincible.”

In a statement to CTV News Ottawa, Bylaw and Regulatory Services Director Roger Chapman says, “There are still ongoing investigations from this past weekend that could result in charges.”

Chapman says recent investigations led to two charges being issued for social gatherings of more than 10 people in a private residence in contravention of the Reopening Ontario Act.

“In one case, up to 30 individuals were observed attending a house party in Ward 18 on Oct. 24,” said Chapman.

“The second charge was issued following a house party in Ward 16 on Oct. 31, where up to 16 individuals were observed to be in attendance.”

The fine is $880 for hosting an illegal gathering.

Alta Vista is Ward 18, while Ward 16 is River Ward.

Ottawa Bylaw has issued 24 charges for illegal gatherings since the start of the pandemic.

Continue Reading

Chat

Trending