Connect with us

Headlines

Venezuela : le président de l’Assemblée nationale défie Maduro

Editor

Published

on

[ad_1]

Il a fait cette déclaration devant des centaines de personnes rassemblées vendredi dans une rue achalandée de Caracas, au lendemain de l’assermentation de M. Maduro pour un second mandat de six ans.

Ce mandat est considéré comme illégitime par l’Organisation des États américains (OEA), le groupe de Lima, qui rassemble depuis 2017 des pays d’Amérique latine et le Canada, et l’Union européenne.

« La Constitution me donne la légitimité pour remplir les fonctions de président du pays, pour demander, pour déclencher des élections, mais j’ai besoin de l’appui des citoyens pour que ça devienne réalité », leur a lancé M. Guaido.

Est-il suffisant que nous nous en tenions à la Constitution sous une dictature? Non. Le peuple vénézuélien, l’armée et la communauté internationale doivent nous porter au pouvoir.

Juan Guaido, président de l’Assemblée nationale

« Guaido comme président! », « Dehors Maduro! », « Oui, nous le pouvons! », scandait la foule. De nombreux manifestants brandissaient en outre des pancartes sur lesquelles on pouvait lire le mot « tyran » imprimé sur le visage de M. Maduro.

M. Guaido appelle les Vénézuéliens à manifester dans les rues du pays le 23 janvier, date anniversaire d’un soulèvement populaire qui a entraîné le renversement du dictateur Marcos Perez Jimenez en 1958.

Nous ne sommes pas des victimes. Nous sommes des survivants et nous allons survivre à cela. Nous sommes ici pour discuter de la route à suivre, parce qu’il n’y a pas de solutions magiques.

Juan Guaido, président de l’Assemblée nationale

La manifestation des partisans de M. Guaido est la plus importante depuis plus d’un an, même si son ampleur était bien moindre que celle des manifestations monstres qui ont eu lieu en 2017.

Ces manifestations avaient été réprimées dans le sang et plus de 120 personnes y ont perdu la vie.

Des centaines personnes crient un slogan, les bras dans les airs.« Guaido président », chantaient les quelque 1000 personnes réunies pour entendre Juan Guaido. Photo : La Presse canadienne / AP/Fernando Llano

Appui sans équivoque de l’OEA

Le défi lancé par M. Guaido au président Maduro a aussi été transmis par un message déjà relayé des milliers de fois sur Twitter.

« Je me conforme aux articles 233, 333 et 350 de la Constitution […] pour convoquer des élections libres et demander l’union du peuple, les Forces armées et la communauté internationale pour obtenir la fin de l’usurpation », a-t-il déclaré, selon le compte de l’Assemblée nationale.

Le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, s’est immédiatement rangé derrière M. Guaido, dans un tweet diffusé 30 minutes plus tard.

« Il [Juan Guaido] a notre appui, celui de la communauté internationale et du peuple du Venezuela », a-t-il écrit, après avoir salué la volonté de M. Guaido d’assumer la fonction de président par intérim du Venezuela.

L’affaire pourrait braquer le président Maduro, qui accuse régulièrement les États-Unis et des membres de l’opposition de fomenter un coup d’État.

M. Almagro n’en est pas à ses premiers coups de gueule contre le président Maduro. En septembre, il avait déclaré qu’il ne fallait pas exclure « une intervention militaire » au Venezuela pour « renverser » Nicolas Maduro.

« En ce qui concerne une intervention militaire visant à renverser le régime de Nicolas Maduro, je pense que nous ne devons exclure aucune option, parce que ce régime est indéniablement en train de commettre des crimes contre l’humanité et des violations de droits de l’homme », avait-il dit.

Le président vénézuélien, qui dirige le pays de 30 millions d’habitants depuis la mort de Hugo Chavez, en mars 2013, a été réélu le 20 mai lors d’un scrutin boycotté par l’opposition.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro fait le geste de la victoire après avoir reçu la ceinture présidentielle lors de l'investiture solennelle de son deuxième mandat présidentiel.Le président vénézuélien Nicolas Maduro après avoir reçu la ceinture présidentielle lors de l’investiture solennelle de son deuxième mandat présidentiel à la Cour suprême de Caracas, le 10 janvier 2019. Photo : Reuters / Carlos Garcia Rawlins

Une Assemblée dénuée de pouvoirs, mais soutenue

Juan Guaido, 35 ans, a été élu président de l’Assemblée nationale la semaine dernière, en s’engageant à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que le Venezuela s’engage dans une transition au sommet de l’État.

L’Assemblée nationale, dominée par l’opposition, a cependant été dépouillée de tous ses pouvoirs par une Assemblée constituante dominée par des partisans du président Maduro, élus à l’été 2017 au terme d’un vote discrédité.

M. Guaido bénéficie toutefois d’un certain soutien international, dont celui des États-Unis. Il a d’ailleurs eu une conversation téléphonique avec le vice-président américain Mike Pence cette semaine.

La ministre canadienne des Affaires internationales, Chrystia Freeland, a aussi indiqué jeudi avoir parlé au téléphone avec M. Guaido cette semaine pour lui offrir l’appui d’Ottawa.

Mme Freeland a d’ailleurs précisé que le Canada considérait maintenant l’Assemblée nationale élue en 2015 comme le pouvoir légitime du pays.

Le Venezuela est aujourd’hui un pays exsangue que ses citoyens fuient par centaines de milliers, en raison de la situation politique, mais aussi des conditions économiques désastreuses, marquées par de sévères pénuries.

Cette spirale a été accélérée par l’effondrement des cours du brut, qui compte pour 95 % des revenus du pays.

Selon le Fonds monétaire international, le PIB du Venezuela a chuté de 18 % l’an dernier et l’inflation atteindra 10 000 000 % en 2019.

Avec les informations de Associated Press, Bloomberg, Reuters, et Agence France-Presse

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

‘Too soon to celebrate’ Ottawa’s low case count, says Etches

Editor

Published

on

By

Ottawa Public Health (OPH) logged just 11 new cases of COVID-19 on Tuesday, the lowest daily total since Sept. 1.

Because of the lag between testing and reporting, the low number could simply reflect low turnout at the city’s testing sites on weekends — all month, new case counts have been lower on Tuesdays and Wednesdays. 

During a virtual news conference Tuesday, the city’s medical officer of health Dr. Vera Etches said she doesn’t read too much into a single day’s report.

“I don’t think we can make too much of 11. Actually, it could be a lot higher tomorrow — I would expect that, on average,” she said. “It’s too soon to celebrate.”

Provincewide, public health officials reported 1, 249 new cases Tuesday.

OPH also declared 62 cases resolved Tuesday, lowering the number of known active cases in the city to 462. Two more people have died, both in care homes currently experiencing outbreaks, raising the city’s COVID-19 death toll to 361. 

Continue Reading

Headlines

Santa Claus isn’t coming to Ottawa’s major malls this year

Editor

Published

on

By

Santa Claus may still be coming to town this Christmas, but he won’t be dropping by any of Ottawa’s major malls, thanks to the COVID-19 pandemic.

On Friday, Cadillac Fairview said Santa won’t be making an appearance at any of its 19 malls across Canada, including Rideau Centre in downtown Ottawa. On Tuesday, Bayshore and St. Laurent shopping centres confirmed they, too, are scrapping the annual tradition.

“Due to the evolution of the situation in regards to COVID-19, we have made the difficult decision to cancel our Santa Program and Gift Wrap Program this year,” Bayshore spokesperson Sara Macdonald wrote in an email to CBC.

Macdonald said parent company Ivanhoé Cambridge cancelled all holiday activities “due to the rising number of COVID-19 cases across the country.”

Macdonald said families that had already booked an appointment to visit Santa will receive an email with more information.  

Virtual visits with Santa

Rideau Centre said based on customer research and discussions with public health officials, its North Pole is going online this year.

“Children will be able to have a private chat with Santa,” said Craig Flannagan, vice-president of marketing for Cadillac Fairview. “You’ll also be able to join a 15-minute storytime with Santa over Facebook Live.” 

At Place d’Orléans Shopping Centre, visitors are invited to take a “selfie with Santa” — actually, a life-size cutout of Santa Pierre, the man who’s been playing Santa at the east end mall for years.

“We understand that this is not ideal, but in lieu of this tradition we will be doing what we can to maintain and encourage holiday cheer,” according to a statement on the mall’s Facebook page.

Continue Reading

Headlines

Ottawa Bylaw breaks up two large parties in Ottawa over the weekend

Editor

Published

on

By

OTTAWA — Ottawa Bylaw is investigating social gatherings of more than 10 people in private homes across Ottawa last weekend.

Mayor Jim Watson tells Newstalk 580 CFRA that Ottawa Bylaw broke-up two house parties over the weekend, with 20 to 25 people at each party.

“That’s the kind of stupidity that angers me, that’s where the bulk of the transmissions are taking place, if we exclude the tragedy of the long-term care homes; it’s these house parties with unrelated people,” said Watson on Newstalk 580 CFRA’s Ottawa at Work with Leslie Roberts.

“The message doesn’t seem to be getting through, particularly to some young people who think they’re invincible.”

In a statement to CTV News Ottawa, Bylaw and Regulatory Services Director Roger Chapman says, “There are still ongoing investigations from this past weekend that could result in charges.”

Chapman says recent investigations led to two charges being issued for social gatherings of more than 10 people in a private residence in contravention of the Reopening Ontario Act.

“In one case, up to 30 individuals were observed attending a house party in Ward 18 on Oct. 24,” said Chapman.

“The second charge was issued following a house party in Ward 16 on Oct. 31, where up to 16 individuals were observed to be in attendance.”

The fine is $880 for hosting an illegal gathering.

Alta Vista is Ward 18, while Ward 16 is River Ward.

Ottawa Bylaw has issued 24 charges for illegal gatherings since the start of the pandemic.

Continue Reading

Chat

Trending