Connect with us

Headlines

La victoire ou la porte pour Jagmeet Singh

Editor

Published

on

[ad_1]

À quelques mois de l’élection générale, un échec du chef dans l’élection partielle du 25 février prochain n’enverrait pas le bon signal, selon des membres du caucus néo-démocrate.

Neuf députés de trois provinces différentes ont affirmé à Radio-Canada et à CBC que M. Singh devra démissionner de son poste s’il n’arrive pas à l’emporter. Un siège aux Communes est nécessaire pour augmenter sa visibilité et mieux se faire connaître des Canadiens, expliquent-ils.

S’il échoue dans un endroit où nous devons obtenir de bons résultats, en Colombie-Britannique et dans la région de Vancouver, je ne vois pas ce qui justifierait de le garder comme chef.

Un député du NPD qui s’exprime sous le couvert de l’anonymat

Si ces neuf élus croient fermement en ses chances de l’emporter, ils ne se font pas d’illusions sur son avenir en cas de défaite. Une position que partage l’ancien directeur national du NPD, Karl Bélanger. Si Jagmeet Singh échoue dans Burnaby-Sud, « il ne sera pas en mesure de rester en poste jusqu’aux élections générales », pense-t-il.

« Ce serait très difficile pour lui de demeurer en poste, parce qu’évidemment, si on ne peut pas gagner dans une élection partielle où l’accent est mis entièrement sur le chef, comment peut-on transporter des résultats positifs dans une élection générale? » demande Karl Bélanger.

Cela dit, M. Bélanger ne doute pas des chances de Jagmeet Singh d’être élu le 25 février, considérant la tradition néo-démocrate de la circonscription.

Un avertissement dès juin 2018

Selon nos informations, un petit groupe de députés a passé son message au chef directement l’été dernier. Lors d’une réunion loin des caméras, en juin, dans un local du sous-sol de l’édifice du Centre, des vétérans de son parti lui ont clairement indiqué que s’il choisissait de se lancer, un échec n’était pas une option dans Burnaby-Sud.

Dès le départ, lorsqu’il songeait à se lancer, nous lui avons dit : “Si tu y vas, c’est le tout pour le tout. Il ne s’agit pas d’espérer gagner. Il le faut. Ton leadership en dépend.” C’était entendu.

Un député du NPD qui s’exprime sous le couvert de l’anonymat

En coulisses, des scénarios sont évoqués pour remplacer Jagmeet Singh s’il quitte son poste. À l’instar du Parti progressiste-conservateur ontarien l’année dernière, le NPD pourrait décider de se lancer rapidement dans une course à la direction avant le scrutin général de l’automne.

L’autre option serait de nommer un chef par intérim. Il devrait être désigné par le caucus et approuvé par le conseil fédéral. Cette personne pourrait mener les troupes lors des prochaines élections fédérales, avec la garantie qu’une course à la direction soit déclenchée par la suite.

Les noms de Guy Caron, leader parlementaire du parti, et du vétéran Nathan Cullen circulent à l’interne.

La réaction de Jagmeet Singh

En entrevue à CBC il y a quelques semaines, M. Singh affirmait son intention de rester, malgré une éventuelle défaite. Aujourd’hui, il refuse de se prononcer.

On devrait se concentrer sur les préoccupations des Canadiens. C’est ce à quoi ils s’attendent de moi. Et c’est ce à quoi je m’attends de toute mon équipe.

Jagmeet Singh, chef du NPD

M. Singh répète qu’il a bon espoir de l’emporter. « Nous allons gagner dans Burnaby-Sud, parce que les gens ont besoin de nous », explique-t-il.

Au total, CBC et Radio-Canada ont contacté plus de la moitié des 40 membres du caucus néo-démocrate. Parmi les députés qui ont répondu, cinq ont refusé de se prononcer sur le scénario hypothétique d’une défaite. Deux membres du caucus ont pour leur part exprimé leur appui total à Jagmeet Singh.

Certains estiment que la décision de rester ou non lui appartient. La tension est palpable dans le caucus, alors que les intentions de vote du NPD stagnent et que les finances du parti sont dans le rouge. Une série de faux pas du chef ces derniers mois semble aussi avoir laissé des traces.

Le député de Belœil-Chambly, Matthew Dubé, est de son côté convaincu que son chef l’emportera. Il espère que cette hypothétique victoire permettra de tourner la page sur une année difficile. « On travaille sur notre offre politique en vue de la campagne cet automne. Je pense que de pouvoir mettre de côté ces discussions internes va faire du bien », explique-t-il.

L’attente est « stressante », a confié un député néo-démocrate à Radio-Canada.

Louis Blouin est correspondant parlementaire à Ottawa. En collaboration avec Hannah Thibedeau de CBC News.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

Record one million job losses in March: StatCan

Editor

Published

on

By

OTTAWA — More than one million Canadians lost their jobs in the month of March, Statistics Canada is reporting. The unemployment rate has also climbed to 7.8 per cent, up from 2.2 percentage points since February.

Canada’s national statistics agency released its monthly Labour Force Survey on Thursday, using March 15 to 21 as the sample week – a time when the government began enforcing strict guidelines around social gatherings and called on non-essential businesses to close up shop.

The first snapshot of job loss since COVID-19 began taking a toll on the Canadian economy shows 1.1 million out of work since the prior sample period and a consequent decrease in the employment rate – the lowest since April 1997. The most job losses occurred in the private sector and among people aged 15-24.

The number of people who were unemployed increased by 413,000, resulting in the largest one-month increase in Canada’s unemployment rate on record and takes the economy back to a state last seen in October, 2010.

“Almost all of the increase in unemployment was due to temporary layoffs, meaning that workers expected to return to their job within six months,” reads the findings.

The agency included three new indicators, on top of the usual criteria, to better reflect the impact of COVID-19 on employment across the country.

The survey, for example, excludes the more commonly observed reasons for absent workers — such as vacation, weather, parental leave or a strike or lockout — to better isolate the pandemic’s effect.

They looked at: people who are employed but were out of a job during the reference week, people who are employed but worked less than half their usual hours, and people who are unemployed but would like a job.

Continue Reading

Headlines

Employee at Ottawa’s Amazon Fulfillment Centre tests positive for COVID-19

Editor

Published

on

By

OTTAWA — An employee who works at Amazon’s fulfillment centre on Boundary Road in Ottawa’s east-end has tested positive for COVID-19.

Amazon says it learned on April 3 that an associate tested positive for novel coronavirus and is currently in isolation. The employee last worked at the fulfillment centre on March 19.

Two employees told CTV News Ottawa that management informed all employees about the positive test in a text message over the weekend.

In a statement to CTV News Ottawa, Amazon spokesperson Jen Crowcroft wrote “we are supporting the individual who is recovering. We are following guidelines from health officials and medical experts, and are taking extreme measures to ensure the safety of employees at our site.”

The statement also says that Amazon has taken steps to further protect their employees.

“We have also implemented proactive measures at our facilities to protect employees including increased cleaning at all facilities, maintaining social distance in the FC.”

CTV News Ottawa asked Amazon about the timeline between when the company found out about the positive COVID-19 case and when employees were notified.

In a separate email to CTV News Ottawa, Crowcroft said “all associates of our Boundary Road fulfillment centre in Ottawa were notified within 24 hours of learning of the positive COVID-19 case.”

Continue Reading

Headlines

Ottawa facing silent spring as festivals, events cancelled

Editor

Published

on

By

This is shaping up to be Ottawa’s silent spring — and summer’s sounding pretty bleak, too — as more and more concerts, festivals and other annual events are cancelled in the wake of measures meant to slow the spread of coronavirus.

The province has already banned gatherings of more than five people, and on Monday officials announced city parks, facilities and services will remain shut down until the end of June, nor will any event permits be issued until at least that time.

“This leaves us with no choice but to cancel the festival this year,” Ottawa Jazz Festival artistic director Petr Cancura confirmed Monday.

This was to be the festival’s 40th anniversary, and organizers announced the lineup for the June 19-July 1 event the day after Ottawa’s first confirmed case of COVID-19. 

The Toronto and Montreal jazz festivals had already pulled the plug because of similar restrictions in their cities, so Cancura said the writing was on the wall.

“We have a few contingency plans to keep connecting with our audience and working with our artists,” Cancura said.

People holding tickets to the 2020 festival can ask for a refund or exchange for a 2021 pass.

Continue Reading

Chat

Trending