Connect with us

Headlines

Retour en 5 temps sur le procès d’« El Chapo » Guzman

Editor

Published

on

[ad_1]

Ce procès aura connu son lot de révélations chocs sur les dessous de l’importante entreprise de trafic de cocaïne qu’« El Chapo » est soupçonné d’avoir piloté pendant plusieurs années.

M. Guzman fait face à 17 chefs d’accusation, dont trafic de drogues, complot pour meurtres et blanchiment d’argent.

Il a plaidé non coupable à ces accusations, qui pourraient lui valoir la prison à vie s’il n’arrive pas à prouver son innocence.

« El Chapo » avait fait la manchette avant même le début de son procès, lors de sa seconde évasion d’une prison mexicaine en 2015 et de sa cavale lors de laquelle il avait accordé une entrevue exclusive à l’acteur américain Sean Penn pour le compte du magazine Rolling Stones.

Arrêté à nouveau en janvier 2016, il a été extradé aux États-Unis où son procès a débuté à Brooklyn sous haute surveillance. 

Les procureurs américains ont fait défiler pas moins de 50 témoins qui ont levé le voile sur les opérations criminelles du cartel de Sinaloa. Voici cinq moments clés des différents témoignages :


1. Un pot-de-vin de 100 millions de dollars

Lors du témoignage d’Alex Cifuentes, un baron de la drogue colombien qui prétend avoir été le bras droit d’« El Chapo », ce dernier a affirmé que l’ancien président mexicain Enrique Peña Nieto aurait accepté un pot-de-vin de 100 millions de dollars américains de la part de Guzman.

Alex Cifuentes, un proche collaborateur du baron de la drogue mexicain Joaquin « El Chapo » Guzman témoigne au tribunal fédéral de Brooklyn à New York, États-Unis, le 15 janvier 2019. Alex Cifuentes a révélé que d’anciens présidents mexicains auraient reçu des pots-de-vin de la part du cartel. Photo : Reuters / JANE ROSENBURG

Une allégation similaire est aussi venue du côté des avocats de la défense d’« El Chapo », ces derniers avançant que « des millions de dollars » auraient été versés en pots-de-vin à l’ancien président Nieto et à l’un de ses prédécesseurs.

M. Nieto a nié ces affirmations, tout comme son prédécesseur Felipe Calderon.

Le procès d’« El Chapo » aura aussi permis d’avoir un aperçu des multiples liens existant entre les narcotrafiquants et les forces de l’ordre mexicaines.

Un fonds de 50 millions de dollars américains aurait d’ailleurs été mis à disposition pour l’ancien secrétaire mexicain à la Sécurité, Garcia Luna. Ce dernier a également démenti ces affirmations.


2. Les violences dans les moindres détails

Salle de torture insonorisée, des rivaux enterrés vivants, des assassinats publics, la violence dont faisait preuve le cartel de Sinaloa a été largement décrite par le dernier témoin appelé par les procureurs, le tueur à gages Isaias Valdez Rios.

À l’emploi de Guzman depuis 2004, M. Rios a décrit dans les moindres détails certains assassinats qu’il affirme ont été commandés par « El Chapo ».

La violence dont a fait preuve le cartel par le passé est à ce point importante que le juge fédéral Cogan avait décrété des mesures de sécurité particulières pour les membres du jury dès le début du procès. Ainsi, les jurés sont demeurés anonymes, ont été partiellement séquestrés pour la durée des procédures judiciaires et leurs déplacements ont été faits sous escorte policière.

Le pont de Brooklyn est fermé en direction de Manhattan pour laisser passer le convoi transportant Guzman. le convoi est notamment composé de voitures de police et d'une ambulance. Des curieux suivent ce déplacement.Le pont de Brooklyn a été fermé à chaque fois que Joaquin « El Chapo » Guzman a été transporté de Manhattan, où il est détenu, à Brooklyn, où il sera jugé. Cette photo a été prise le 10 octobre, après une comparution. Photo : Getty Images / TIMOTHY A. CLARY

3. Opérations lucratives

Le passage de l’ex-comptable du cartel, Jesus Zambada Garcia, a levé le voile sur l’ampleur de l’opération financière que représentait le plus grand réseau de trafic de drogue au monde.

Arrêté et extradé aux États-Unis en 2008, Jesus Zambada est le frère d’Ismaël « El Mayo Zambada », le cofondateur du cartel avec « El Chapo ».

Selon M. Zambada, le marché de la cocaïne à Los Angeles rapportait 13 000 dollars américains par kilo, 9000 dollars américains le kilo à Chicago et 26 000 dollars américains le kilo à New York.

En une seule livraison dans la Grosse Pomme, le cartel pouvait empocher un revenu net de pas moins de 390 millions de dollars américains.

L’ex-comptable a évalué la valeur totale annuelle du commerce du cartel à « des milliards de dollars », sans pouvoir être plus précis.


4. Évasion « naturiste »

Le procès d’« El Chapo » a aussi connu son lot de moments cocasses. Lors du témoignage d’une de ses anciennes maîtresses, il a été raconté que l’accusé s’était déjà évadé complètement nu d’une descente des membres des marines mexicains.

Selon Lucero Guadalupe Sanchez Lopez, « El Chapo » et elle-même auraient emprunté un tunnel caché sous une baignoire et emprunté un sentier boueux pour s’éclipser hors d’une cache du baron mexicain.

Le témoignage de Lopez, qui a fondu en larmes, aurait d’ailleurs mené à des ricanements de la part de la femme de Guzman, Emma Coronel. Cette dernière a également assisté à la divulgation par le FBI de nombreuses conversations téléphoniques et échanges de textos et entre « El Chapo » et ses nombreuses maîtresses.

Une femme portant un manteau et des lunettes de soleil est suivie par un cameraman à l'entrée d'un bâtiment.La femme de Joaquin Guzman, Emma Coronel Aispuro, à son arrivée au tribunal fédéral de Brooklyn Photo : Getty Images / Angela Weiss

5. Intérêt hollywoodien

Toutes ces histoires pourraient probablement inspirer un film ou une série télévisuelle sur « El Chapo » puisque le New York Times rapportait qu’Eric Newman, le producteur de la série Narcos, a assisté à de nombreuses séances.

M. Newman a raconté au quotidien américain qu’il avait su, de par les avocats d’« El Chapo », que ce dernier avait particulièrement aimé la série racontant l’histoire des cartels colombiens, dont celui de Pablo Escobar.

« Pourtant, nous n’avons jamais tenté de glorifier ces personnes », a précisé le producteur américain qui n’a pas écarté l’idée de créer une série centrée sur Joaquin Guzman.

D’ailleurs, le personnage d’« El Chapo » apparaît dans la dernière version de Narcos, sous les traits de l’acteur d’Alejandro Edda qui a aussi assisté au procès.

Le baron mexicain l’a d’ailleurs salué de la main, souriant, sans obtenir de réponse de la part de M. Edda.

Un homme barbu portant un manteau en cuir et des lunettes de soleil se faufile entre des journalistes sur un trottoir.L’acteur mexicain Alejandro Edda Photo : Getty Images / Angela Weiss

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

‘Too soon to celebrate’ Ottawa’s low case count, says Etches

Editor

Published

on

By

Ottawa Public Health (OPH) logged just 11 new cases of COVID-19 on Tuesday, the lowest daily total since Sept. 1.

Because of the lag between testing and reporting, the low number could simply reflect low turnout at the city’s testing sites on weekends — all month, new case counts have been lower on Tuesdays and Wednesdays. 

During a virtual news conference Tuesday, the city’s medical officer of health Dr. Vera Etches said she doesn’t read too much into a single day’s report.

“I don’t think we can make too much of 11. Actually, it could be a lot higher tomorrow — I would expect that, on average,” she said. “It’s too soon to celebrate.”

Provincewide, public health officials reported 1, 249 new cases Tuesday.

OPH also declared 62 cases resolved Tuesday, lowering the number of known active cases in the city to 462. Two more people have died, both in care homes currently experiencing outbreaks, raising the city’s COVID-19 death toll to 361. 

Continue Reading

Headlines

Santa Claus isn’t coming to Ottawa’s major malls this year

Editor

Published

on

By

Santa Claus may still be coming to town this Christmas, but he won’t be dropping by any of Ottawa’s major malls, thanks to the COVID-19 pandemic.

On Friday, Cadillac Fairview said Santa won’t be making an appearance at any of its 19 malls across Canada, including Rideau Centre in downtown Ottawa. On Tuesday, Bayshore and St. Laurent shopping centres confirmed they, too, are scrapping the annual tradition.

“Due to the evolution of the situation in regards to COVID-19, we have made the difficult decision to cancel our Santa Program and Gift Wrap Program this year,” Bayshore spokesperson Sara Macdonald wrote in an email to CBC.

Macdonald said parent company Ivanhoé Cambridge cancelled all holiday activities “due to the rising number of COVID-19 cases across the country.”

Macdonald said families that had already booked an appointment to visit Santa will receive an email with more information.  

Virtual visits with Santa

Rideau Centre said based on customer research and discussions with public health officials, its North Pole is going online this year.

“Children will be able to have a private chat with Santa,” said Craig Flannagan, vice-president of marketing for Cadillac Fairview. “You’ll also be able to join a 15-minute storytime with Santa over Facebook Live.” 

At Place d’Orléans Shopping Centre, visitors are invited to take a “selfie with Santa” — actually, a life-size cutout of Santa Pierre, the man who’s been playing Santa at the east end mall for years.

“We understand that this is not ideal, but in lieu of this tradition we will be doing what we can to maintain and encourage holiday cheer,” according to a statement on the mall’s Facebook page.

Continue Reading

Headlines

Ottawa Bylaw breaks up two large parties in Ottawa over the weekend

Editor

Published

on

By

OTTAWA — Ottawa Bylaw is investigating social gatherings of more than 10 people in private homes across Ottawa last weekend.

Mayor Jim Watson tells Newstalk 580 CFRA that Ottawa Bylaw broke-up two house parties over the weekend, with 20 to 25 people at each party.

“That’s the kind of stupidity that angers me, that’s where the bulk of the transmissions are taking place, if we exclude the tragedy of the long-term care homes; it’s these house parties with unrelated people,” said Watson on Newstalk 580 CFRA’s Ottawa at Work with Leslie Roberts.

“The message doesn’t seem to be getting through, particularly to some young people who think they’re invincible.”

In a statement to CTV News Ottawa, Bylaw and Regulatory Services Director Roger Chapman says, “There are still ongoing investigations from this past weekend that could result in charges.”

Chapman says recent investigations led to two charges being issued for social gatherings of more than 10 people in a private residence in contravention of the Reopening Ontario Act.

“In one case, up to 30 individuals were observed attending a house party in Ward 18 on Oct. 24,” said Chapman.

“The second charge was issued following a house party in Ward 16 on Oct. 31, where up to 16 individuals were observed to be in attendance.”

The fine is $880 for hosting an illegal gathering.

Alta Vista is Ward 18, while Ward 16 is River Ward.

Ottawa Bylaw has issued 24 charges for illegal gatherings since the start of the pandemic.

Continue Reading

Chat

Trending