Connect with us

Headlines

Des intervenants du sport amateur réclament une meilleure protection des jeunes athlètes

Editor

Published

on

[ad_1]

D’après une enquête de Lori Ward et Jamie Strashin, en collaboration avec Marie Malchelosse

Il dit avoir été agressé pendant 10 ans par son entraîneur de soccer, Yves Leclerc, jusqu’au début des années 2000.

Ça démolit tout, soutient Alain Fortier. Ça démolit tout à l’intérieur. Ta dignité, ce que tu es. La confiance en toi. Souvent, tu te dis, bien voyons, je ne vaux rien. J’ai été abusé.

Alain Fortier

« Mais je me suis rendu compte que ce que tu ne règles pas aura tendance à se reproduire dans ta vie. »

Alain Fortier a porté plainte contre son ancien entraîneur en 2015. Le procès d’Yves Leclerc pour agression sexuelle et exploitation sexuelle a eu lieu en septembre dernier. Le verdict est attendu le 13 mars. Leclerc est un des 340 entraîneurs du sport amateur au Canada à avoir été accusés d’un délit sexuel, comme l’a révélé une enquête conjointe de CBC News et CBC Sports à laquelle Radio-Canada Sports a participé.

Alain Fortier en entrevue à Radio-Canada SportsAlain Fortier est aujourd’hui auteur et conférencier Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Pelletier

Au total, 222 de ces accusations ont donné lieu à des condamnations pour des gestes sur 603 victimes mineures.

Le cas d’Yves Leclerc fait partie des 34 autres dossiers, tous sports confondus au Canada, qui étaient toujours devant les tribunaux en date du 25 janvier 2019.

Ces chiffres font dire à Alain Fortier que les choses n’ont pas vraiment changé, 18 ans plus tard. Maintenant auteur et conférencier, il veut lever certains tabous. Et il doute que les jeunes sportifs soient mieux protégés de nos jours.

« C’est décevant, même alarmant, juge-t-il. Autant au niveau provincial qu’au niveau fédéral, je ne ressens pas à l’heure actuelle qu’il y a une volonté politique de les protéger. »

Le système pose problème

À l’échelle nationale, le système sportif s’appuie essentiellement sur l’équation performance + médailles = financement. Cette culture du résultat s’étend aux petites ligues et aux clubs locaux. Très jeunes, les enfants doivent performer, sans quoi ils restent sur les lignes de côté.

Sylvie Parent,  professeure titulaire au département d’éducation physique de l’Université LavalSylvie Parent, professeure titulaire au département d’éducation physique de l’Université Laval Photo : Radio-Canada

Un système qui fait fausse route et qui ouvre la voie aux abus de toutes sortes.

« Pourquoi ces entités-là axent-elles tant que ça sur la performance, sur la recherche de résultats? Pourquoi? Si l’athlète est bien dans son milieu, si l’athlète ne subit pas de violence, si l’athlète est respecté, il va performer », estime Sylvie Parent, chercheuse spécialisée dans la violence et les abus sexuels envers les jeunes en contexte sportif à l’Université Laval.

Certes, Québec et Ottawa ont présenté des mesures pour lutter contre les abus dans le sport. La ministre fédérale des Sciences et des Sports, Kirsty Duncan, a annoncé en juin dernier qu’à compter de 2020, une fédération nationale pourrait être privée de financement si elle ne se pliait pas à ces nouvelles dispositions, notamment la divulgation immédiate de tout incident à la ministre et l’accès à une tierce partie indépendante pour entendre les allégations d’abus d’athlètes.

L’idée est excellente pour les athlètes membres d’une équipe nationale. Sauf que des milliers de jeunes font du sport sans avoir pour objectif de gagner des médailles.

Les organisations démunies

Or, à l’échelle locale et provinciale, la réalité est particulièrement complexe. Une entité comme Judo Québec, par exemple, n’emploie que six personnes à temps plein. Elle doit encadrer 125 clubs à travers la province.

Le personnel a dû traiter une affaire d’abus sexuel au début des années 2000. Ses ressources ne lui donnent pas les moyens d’examiner les antécédents judiciaires des entraîneurs de tous les clubs affiliés.

« Je sais que les fédérations, en ce moment, font peut-être le maximum avec ce qu’elles ont comme ressources, indique Alain Fortier. Mais je trouve que c’est trop peu pour ce que ça cause comme problèmes. »

Comme bon nombre d’experts, il souhaite la mise sur pied d’un registre centralisé des entraîneurs auquel toutes les fédérations seraient incluses et d’une entité indépendante qui établirait une politique globale que toutes les organisations, peu importe leur taille et leur portée, seraient en mesure de suivre.

« À l’heure actuelle, chacune des fédérations travaille en silo, et elles n’ont pas tendance à se parler, déplore-t-il. Quand arrive un cas, elles ne savent pas quoi faire avec. »

Une base de données qui décrit les sanctions comme ça se fait aux États-Unis. […] Pour que n’importe quelle personne qui a été sanctionnée ne puisse pas changer de sport, changer de province, changer de territoire ou de niveau sportif pour recommencer ses fonctions.

Lorraine Lafrenière, chef de direction de l’Association canadienne des entraîneurs
Bertrand CharestBertrand Charest Photo : Radio-Canada / CBC

Dans la foulée de l’affaire Bertrand Charest, plusieurs organismes, comme l’Association canadienne des entraîneurs, ont proposé des mesures qui se veulent préventives. Par exemple, qu’il y ait en tout temps deux adultes en présence des enfants, que tous les entraîneurs suivent une formation en ligne appelée Priorité Jeunesse et que les antécédents judiciaires soient vérifiés.

Toutefois, aucune de ces mesures n’est obligatoire. En attendant un registre national, l’Association canadienne des entraîneurs invite les parents à poser des questions sur la sécurité et les politiques au sein d’un club avant d’y inscrire leur enfant.

Lui-même père de famille, Alain Fortier appelle les parents à être présents et à rester attentifs aux signaux que peut leur envoyer l’enfant dans son comportement.

Les siens ne se sont doutés de rien. Il ne les en blâme pas. Mais cette expérience traumatisante lui confirme qu’il est nécessaire de donner à toutes les organisations sportives, des plus petites aux plus grandes, les moyens de renverser la tendance.

« On doit agir, martèle-t-il. Il y a urgence d’agir. C’est nos enfants. C’est ce qu’on a de plus précieux. Ça serait peut-être le temps aujourd’hui qu’on se prenne en main. Pour être certains que ça n’arrive pas. »

Pour les jeunes athlètes, entraîneurs, parents, ou toute personne impliquée dans le milieu sportif, témoins de violence, vous pouvez contacter l’organisme Sport’Aide au 1-833-211-AIDE (2433), aide@sportaide.ca ou facebook.com/sportaide.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

Biometric Vaccines Are Here Preceding Forced Digital ID

Editor

Published

on

By

The future of vaccines is here, just in time for the coming forced digital ID. This isn’t some sci-fi movie based on some conspiracy theorists’ idea of Revelation where every living being is required to be tagged. Biometric vaccines are real, are in use and have been deployed in the United States.

Biometric vaccines are immunizations laced with digital biometrics, created from merging the tech industry with big pharma. This new form of vaccine injects microchips into the body creating a global ID matrix to track and control every person. Not only has this satanic system already been rolled out, billions may already have been injected unaware.

ID2020 Alliance, a program aimed at chipping every person on earth, has collaborated with GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunizations) to inject these microchips into the body through immunization. 

Continue Reading

Headlines

How to get more of everything you love about Ottawa

Editor

Published

on

By

We love Ottawa, and we want to help you make the most of living in the capital.

Ottawa Magazine is launching a new membership program, with front-of-the-line access to events, special offers at cultural institutions, and exclusive access to one-of-a-kind food and drink experiences at the city’s best restaurants. And of course, a subscription to our award-winning magazine.

Basically, everything you love about the city… just more of it.

Sign up for more information now and you’ll be one of the first to hear when memberships go on sale!

Continue Reading

Headlines

Where to Live Now: A data-driven look at Ottawa neighbourhoods

Editor

Published

on

By

What does community have to do with buying a house? Do people really want friendly neighbours, or do they just want the most square footage for their buck?

In The Village Effect: How Face-to-Face Contact Can Make Us Healthier, Happier and Smarter, Montreal psychologist Susan Pinker cited a 2010 study conducted at Brigham Young University in Idaho that analyzed relationship data for more than 300,000 people over nearly eight years. She discovered that people who were integrated into their communities had half the risk of dying during that time as those who led more solitary lives. In Pinker’s analysis, integration meant simple interactions such as exchanging baked goods, babysitting, borrowing tools, and spur-of-the-moment visits — exactly the kinds of exchanges we saw grow when COVID-19 forced us all to stay home.

For this year’s real estate feature in the Spring/Summer 2020 print edition, we crunched the numbers to find the neighbourhoods where we think you’re most likely to find such opportunities for engagement. Using data available through the Ottawa Neighbourhood Study (ONS), we chose six indicators that we believed would attract those looking to connect with the people around them. Omitting rural areas, we awarded points to each neighbourhood according to where it landed in the ranking. (In the event of a tie, we used a secondary indicator of the same theme to refine the ranking.) You’ll find the ten neighbourhoods that performed the best according to those six indicators listed below, along with resident profiles and notable destinations in each ’hood — though many have been forced to adapt to COVID-19, most are offering delivery and/or take-out, and we are hopeful they will resume normal operations once it is safe to do so.

Continue Reading

Chat

Trending