Connect with us

Headlines

L’économie britannique minée par les inconnues liées au Brexit

Editor

Published

on

[ad_1]

La croissance de la Grande-Bretagne s’élève péniblement à 1,4 % en 2018 et le produit intérieur brut (PIB) s’est contracté de 0,4 % sur le seul mois de décembre, d’après l’Office national de la statistique (ONS) qui a publié ces données lundi.

Il s’agit du plus mauvais résultat depuis mars 2016.

L’ONS explique que les inquiétudes autour du Brexit ont découragé l’investissement des entreprises, tandis que le ralentissement économique mondial a freiné le commerce extérieur.

« Ce chiffre mensuel est très mauvais », commente Kallum Pickering, économiste qui suit le Royaume-Uni pour la banque d’investissement Berenberg.

Les données mensuelles peuvent être volatiles, mais c’est un mauvais signe à l’orée de 2019, avec l’incertitude autour du Brexit qui est à son pic et des signes de ralentissement de l’activité en zone euro et aux États-Unis.

Kallum Pickering, économiste

Lundi, le maire de Londres, Sadiq Khan, a lancé un message alertant sur les conséquences d’une sortie de l’Union européenne sans accord.

Il a commandé une analyse qui prédit une « décennie perdue », un marasme économique et de fortes pertes d’emplois en cas de Brexit dur.

Sadiq KhanLe maire de Londres, Sadiq Khan, a toujours soutenu le maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne. Photo : The Associated Press / Robert Stevens

L’analyse réalisée par Cambridge Econometrics évoque la perte d’un demi-million d’emplois dont 87 000 seulement dans la capitale.

Elle prévoit aussi une perte de près de 50 milliards de livres sterling d’investissements d’ici 2030.

La banque centrale prévoit elle aussi une baisse de l’investissement des entreprises et des ménages cette année, et une réduction de moitié de la croissance des exportations.

Il y a deux ans déjà, les calculs du Trésor britannique sur le coût immédiat de la sortie de l’Union européenne prévoyaient que le pays entrerait en récession et que 500 000 emplois seraient détruits.

« Si le gouvernement continuait à mal gérer les négociations, nous pourrions nous diriger vers une décennie perdue », a commenté M. Khan.

L’analyse conclut que plus le Brexit est dur, plus l’impact potentiel sur l’emploi, la croissance et le niveau de vie est important.

Sadiq Khan, maire de Londres

Le maire travailliste est connu pour être un fervent partisan de la campagne du « stay » et il a toujours défendu vigoureusement le maintien du Royaume-Uni dans le marché unique et l’union douanière de l’UE.

Les mauvaises nouvelles pour l’économie britannique ne s’arrêtent pas là, puisque d’après l’ONS, l’investissement des entreprises a également reculé de 3,7 % par rapport au quatrième trimestre 2017, sa plus forte baisse depuis les trois premiers mois de 2010, quand le pays sortait de récession.

Les derniers mois de l’année 2018 ont vu la croissance fléchir dans toutes les grandes économies, en partie à cause des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, mais le difficile divorce avec l’Union européenne a encore compliqué la donne pour le Royaume-Uni.

« Le PIB a ralenti pendant les trois derniers mois de l’année avec de fortes baisses dans la production de véhicules et de produits sidérurgiques et également un déclin dans la construction », a déclaré Rob Kent-Smith, statisticien à l’ONS.

La consommation des ménages, principal moteur de la croissance étonnamment forte en milieu d’année, a toutefois fait preuve de résilience avec une progression de 1,9 % sur un an.

Le ministre des Finances, Philip Hammond, a assuré que les derniers chiffres témoignaient d’une économie toujours « fondamentalement solide » et a ajouté que les prévisionnistes de l’État n’anticipaient pas une récession.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

Biometric Vaccines Are Here Preceding Forced Digital ID

Editor

Published

on

By

The future of vaccines is here, just in time for the coming forced digital ID. This isn’t some sci-fi movie based on some conspiracy theorists’ idea of Revelation where every living being is required to be tagged. Biometric vaccines are real, are in use and have been deployed in the United States.

Biometric vaccines are immunizations laced with digital biometrics, created from merging the tech industry with big pharma. This new form of vaccine injects microchips into the body creating a global ID matrix to track and control every person. Not only has this satanic system already been rolled out, billions may already have been injected unaware.

ID2020 Alliance, a program aimed at chipping every person on earth, has collaborated with GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunizations) to inject these microchips into the body through immunization. 

Continue Reading

Headlines

How to get more of everything you love about Ottawa

Editor

Published

on

By

We love Ottawa, and we want to help you make the most of living in the capital.

Ottawa Magazine is launching a new membership program, with front-of-the-line access to events, special offers at cultural institutions, and exclusive access to one-of-a-kind food and drink experiences at the city’s best restaurants. And of course, a subscription to our award-winning magazine.

Basically, everything you love about the city… just more of it.

Sign up for more information now and you’ll be one of the first to hear when memberships go on sale!

Continue Reading

Headlines

Where to Live Now: A data-driven look at Ottawa neighbourhoods

Editor

Published

on

By

What does community have to do with buying a house? Do people really want friendly neighbours, or do they just want the most square footage for their buck?

In The Village Effect: How Face-to-Face Contact Can Make Us Healthier, Happier and Smarter, Montreal psychologist Susan Pinker cited a 2010 study conducted at Brigham Young University in Idaho that analyzed relationship data for more than 300,000 people over nearly eight years. She discovered that people who were integrated into their communities had half the risk of dying during that time as those who led more solitary lives. In Pinker’s analysis, integration meant simple interactions such as exchanging baked goods, babysitting, borrowing tools, and spur-of-the-moment visits — exactly the kinds of exchanges we saw grow when COVID-19 forced us all to stay home.

For this year’s real estate feature in the Spring/Summer 2020 print edition, we crunched the numbers to find the neighbourhoods where we think you’re most likely to find such opportunities for engagement. Using data available through the Ottawa Neighbourhood Study (ONS), we chose six indicators that we believed would attract those looking to connect with the people around them. Omitting rural areas, we awarded points to each neighbourhood according to where it landed in the ranking. (In the event of a tie, we used a secondary indicator of the same theme to refine the ranking.) You’ll find the ten neighbourhoods that performed the best according to those six indicators listed below, along with resident profiles and notable destinations in each ’hood — though many have been forced to adapt to COVID-19, most are offering delivery and/or take-out, and we are hopeful they will resume normal operations once it is safe to do so.

Continue Reading

Chat

Trending