Connect with us

Headlines

Twitter trolls stoked debates about immigrants and pipelines in Canada, data show

Published

on


Twitter trolls linked to suspected foreign influence campaigns stoked controversy over pipelines and immigration in Canada, according to a CBC/Radio-Canada analysis of 9.6 million tweets from accounts since deleted.

Roughly 21,600 tweets from those troll accounts directly targeted Canadians — many of them with messages critical of Canadian pipeline projects and tweets that highlighted divisions over Canada’s policies on immigration and refugees.

The troll accounts, which have since been deleted by Twitter, are suspected of having originated in Russia, Iran and Venezuela.

Since 2013, 245 of these accounts retweeted messages from Canadian activists, politicians and media reports about various pipeline issues, from potential environmental impacts to grassroots movements against the projects.

Most of those pipeline tweets were sent on Jan. 24, 2017, when U.S. President Donald Trump signed an executive order to greenlight the Keystone XL and Dakota Access Pipelines. Tweets mentioning those pipelines were retweeted some 9,420 times across Canada and the United States.

Although these inauthentic accounts and their tweets are no longer on Twitter, the social media company published them on Feb. 3 as part of its campaign to be more transparent and to combat foreign interference in elections worldwide.

Last year, CBC reported that Russian trolls appeared to be trying to sow division among Canadians by tweeting provocative statements on hot-button issues like refugees and immigration. This new trove of tweets shows a continued campaign originating in different countries.

The 30 most frequent words in 21,600 troll tweets directed at Canadians. The larger the size of the word in the image above, the more often it was used. (Made with WordArt.com)

Iranian tweets well-versed in pipeline debate

The trolls appeared well-versed in Canadian debates about pipelines, quoting and retweeting prominent figures. The account of Greenpeace Canada climate and energy campaigner Mike Hudema, for instance, was the eighth-most retweeted by trolls. Hudema has been highly critical of Canadian pipeline projects and oilsands developments. The trolls retweeted him 53 times.

CBC News was the account that saw the most troll retweets.

The most retweeted accounts by trolls in Canada

Account

Number of retweets

@CBCNews

196

@TheRebelTV

191

@ezralevant

148

@RT_com

120

@PressTV

57

@globeandmail

54

@realDonaldTrump

53

@MikeHudema

53

Twitter suspended 2,617 accounts that it believes originated in Iran, but it did not link them definitively to the Iranian government. Twitter says it deleted the accounts for participating in “an attempted influence campaign we identified as potentially located within Iran.”

According to scholar and Middle East expert Sami Aoun, Iran has a strategic interest in seeing Canadian and American pipeline projects fail. The regime also has a history of using the internet to spread propaganda, he added.

“The Iranians are trying to short-circuit American sanctions by selling their oil in Asia. To keep a certain advantage in China and India, they might be trying to prevent Canada from developing pipelines that could give the country better access to those markets,” said Aoun, director of the Middle East and North Africa Observatory at Université du Québec à Montréal.

Some of these inauthentic accounts may have had few followers, but their behaviour might indicate that they were trying to shape activist narratives on Twitter, said Kate Starbird, assistant professor in the Department of Human Centered Design & Engineering at the University of Washington.

Starbird studied online discussions about the Black Lives Matter movement in 2016, when it became apparent that Russian troll accounts had managed to infiltrate both sides of the debate and play them against each other.

“Their goal is to integrate into a politically active community, amplify and reflect that behavior back at them and slowly try to shape that behaviour towards things that they’re interested in,” she said. “Not all accounts are going to be successful, but every once in a while, they are.”

Even if the accounts deleted by Twitter generated few retweets in return, they still could have posed an eventual threat, Starbird said. Although researchers had come across some evidence of online meddling years ago, they didn’t realize their importance until the 2016 U.S. election.

“They were probably always important. We just weren’t noticing what’s going on”, she said.

Canadian government tight-lipped on foreign influence campaigns

Alarms were raised last year over troll campaigns to influence Canadians and Americans on pipeline issues. More than 9,000 posts on various social media platforms linked to Russian political meddling were identified by a U.S. House of Representatives review.

This trove of deleted tweets came to light barely a week after the Liberal government put in place a series of measures to counteract foreign influence campaigns targeting Canadian elections.

In anticipation of the October federal election, Minister of Democratic Institutions Karina Gould announced on Jan. 30 the creation of the Security and Intelligence Threats to Elections (SITE) Task Force, made up of the Canadian Security Intelligence Service (CSIS), the Royal Canadian Mounted Police (RCMP), the Communications Security Establishment (CSE) and Global Affairs Canada (GAC). The group will be tasked with monitoring foreign influence threats online.

“While social media and digital platforms create forums that allow Canadians to engage in a dialogue about important issues, they also have a record of being manipulated to spread disinformation, create confusion and exploit existing societal tensions,” said Amy Butcher, a spokesperson for Gould. “We expect [social media] companies to take concrete actions to combat manipulation.”

Last year, the CSE produced an overview of potential cyber threats to the Canadian democratic process. It included bot networks and social media influence campaigns by foreign powers in its list of threats.

Reached for comment about this latest trove of tweets, a CSE spokesperson said it “cannot comment on specific threat actors, their activities or any of CSE’s operational work.”

Starbird puts the threat of online political meddling bluntly: “I assume that if you’re a person on this planet and you spend time online, you’re going to come across influence operations that are happening right now,” she said.

Russian trolls boosted immigration fears

Alongside the possible Iranian influence campaign, a slew of inauthentic Russian accounts also tried to target Canadians with messages stoking immigration fears and conspiracy theories.

Many of these tweets reacted to major news events, such as the Quebec City mosque shooting and the travel ban on Muslim countries enacted by Donald Trump.

The chart below shows the daily volume of troll tweets by topic. The peaks coincide with major events.

(CBC News Graphics)

In most cases, the same tweet — often copied from a non-troll account — was amplified across the troll network. These tweets, for example, were sent out repeatedly on the dates indicated:

Sept 9, 2015: Now Is the Time for Blame: #Alyan & the Myth of a ‘Generous’ #Canada! #RefugeesCrisis #Refugees

Jan. 28, 2017: Canada Wants to Take Unvetted Muslim “Refugees” Detained at U.S. Airports

July 15, 2017: Globalist Trudeau Demands Americans Dump Borders and “America First” Slogan

Suspected automated Russian accounts also retweeted messages from at least 24 different seemingly Canadian accounts promoting the QAnon conspiracy theory. This baseless conspiracy theory claims that a high-ranking member of President Trump’s administration — known only as ‘Q’ — is secretly leaking information on the anonymous 8chan message board.

‘Q’ insisted in October 2017 that former presidential candidate Hillary Clinton had been extradited and would soon face a military tribunal. ‘Q’ also claims that Trump is on the cusp of triggering ‘The Storm’ — a far-reaching takeover of the U.S. government to expel “deep state” enemies of the administration. After some 2,600 ‘Q’ posts, none of its predictions have materialized.

Some examples of tweets promoting the conspiracy:

Jan 16, 2018: RT @safety_canada7: #QAnon #TheStorm #FollowTheWhiteRabbit

April 24th, 2018: RT @Awakentothyself: #QAnon #FakeNews #SaveOntario #TreasonousTrudeau Look how corrupt our government is.

May 27th, 2018: RT @breezing_in: #MakeItRain #QAnon #HumanTrafficking #TrudeauMustGo #TrudeauForTreason #SaveCanada #Cdnpoli

Methodology

CBC downloaded and analyzed 9.6 million tweets released by Twitter on this page.

To isolate tweets targeting Canadians, the CBC searched the tweets for 67 keywords, including the names of public figures (Justin Trudeau, Andrew Scheer, Ezra Levant), places (Toronto, Alberta) and organizations (Kinder Morgan, CBC, NDP), as well as popular hashtags like #cdnpoli, #onpoli, and #polqc.

These do not necessarily include all the tweets about Canada, while some U.S.-specific tweets may have been included in the search.

The code used to analyze the tweets can be found on GitHub.



Source link

قالب وردپرس

Headlines

Ces transhumanistes qui promettent l’immortalité

Published

on

By


Un badge défie la gravité au bout de l’annulaire de Dorian Kodelja. Comme dans tous les tours de magie, il y a une explication logique. Celle-ci est tout de même un peu inattendue. Le badge, loin d’échapper aux lois de la physique, est plutôt maintenu entre ciel et terre grâce à un petit aimant que Dorian s’est fait implanter au bout du doigt.

Le jeune homme, doctorant en intelligence artificielle, est un transhumaniste. Il croit que le corps de l’humain peut passer outre à certaines limites, et il est prêt à expérimenter de nouvelles sensations et fonctions avec son propre corps.

Un badge se colle comme par magie sur la main de l'homme.Un aimant est implanté dans le doigt du transhumaniste Dorian Kodelja. Photo : Radio-Canada / Janic Tremblay

Cet aimant lui permet maintenant de ressentir les champs électromagnétiques comme ceux émis par les fours à micro-ondes.

« Cela me permet de comprendre ce que ça fait que d’avoir un nouveau sens. Quand mon doigt vibre, je le ressens un peu comme une odeur de brûlé. Mon cerveau s’est adapté à cette nouvelle sensation », explique Dorian Kodelja.

Je ne vois pas mon corps comme un sanctuaire. Je suis prêt à y intégrer plein de choses, du moment qu’elles sont sécuritaires.

Dorian Kodelja
Dorian Kodelja.Le transhumaniste Dorian Kodelja Photo : Radio-Canada / Janic Tremblay

Dorian dit qu’il ne voit donc aucun problème à utiliser son corps de toutes les façons afin de tirer profit de la richesse du monde. C’est une partie seulement de l’idéologie transhumaniste, qui va beaucoup plus loin.

Téléverser son cerveau pour ne pas mourir

Le pape du mouvement, l’ingénieur et futurologue Raymond Kurzweil, ambitionne carrément d’en finir avec la mort. Il croit que dans quelques décennies, la puissance informatique et les développements de la science permettront de ne plus mourir… ou à tout le moins de téléverser son cerveau dans le nuage informatique afin de continuer à exister sous la forme d’un pur esprit jusqu’à la fin des temps.

Le spécialiste en intelligence artificielle a cofondé l’université de la singularité et est maintenant l’un des directeurs de Google. L’arrivée de ce théoricien du transhumanisme au sein du géant du web a renouvelé l’intérêt pour le mouvement. L’un des porte-parole de l’Association française transhumaniste, Florent Boissonnet, ne cache pas son enthousiasme.

On commence à penser que ça peut être possible. On va peut-être avoir une annonce de Google concernant un traitement pour augmenter la longévité. Peut-être demain? Dans 5 ans? Peut-être jamais aussi. On ne sait pas.

Florent Boissonnet, de l’Association française transhumaniste
Florent Boissonnet,.
      Florent Boissonnet, porte-parole de l’Association française transhumaniste Photo : Radio-Canada / Janic Tremblay

Il cite la compagnie Calico qui veut allonger la vie humaine. Ou encore Neuralink, compagnie du milliardaire Elon Musk, dont les travaux portent sur les interfaces cerveaux-machines. Et des tas d’applications qui sont aujourd’hui réservées à des personnes handicapées ou atteintes de certains problèmes médicaux, mais qui pourraient bien devenir accessibles au commun des mortels d’ici quelques années.

Le rêve d’augmenter l’humain

Un point en commun entre ces projets : il s’agit toujours d’augmenter l’humain. Des chantres du projet transhumaniste comme l’Américain Tim Cannon refusent les limites biologiques de notre espèce. Pendant quelques mois, il s’est même fait insérer, directement sous la peau, un dispositif de la taille d’un iPhone afin de transmettre ses données biométriques directement à son téléphone.

Le scientifique anglais Kevin Warwick va même plus loin en affirmant que, dans l’avenir, ceux qui refuseront de s’augmenter seront handicapés par rapport au reste de la population qui choisira la voie transhumaniste.

En France, l’un des plus influents porte-parole du transhumanisme est probablement le médecin et entrepreneur du web Laurent Alexandre.

Auteur d’un livre intitulé La mort de la mort, il est persuadé que les enfants qui naissent aujourd’hui vivront beaucoup plus longtemps. Il croit qu’ils profiteront d’avancées techniques et biomédicales que l’on n’imagine pas encore, mais qui commenceront à faire leur apparition dans une trentaine d’années, soit quand l’intelligence artificielle dépassera celle des humains, prévoit-il.

Cela pourrait signifier des puces dans le cerveau ou d’autres types d’augmentation. Qu’en sera-t-il alors de l’inviolabilité du corps ou de la dignité humaine? Il croit que ces principes vont fluctuer pour s’adapter à un nouveau contexte.

La plupart des gens accepteront les propositions des transhumanistes. Pour moins souffrir et moins mourir. Nous ne nous verrons pas de la même façon dans le futur. Les modifications dont nous parlons aujourd’hui paraîtront naturelles à nos descendants.

Laurent Alexandre, médecin et entrepreneur du web
Laurent Alexandre est en train de parler au micro devant un lutrin.         Laurent Alexandre, lors d’un dîner-conférence devant les membres du Cercle de l’union interalliée à Paris en novembre 2018 Photo : Radio-Canada / Janic Tremblay

Le transhumanisme, une utopie?

Le projet transhumaniste est loin de faire l’unanimité et reçoit de virulentes critiques dans le monde de la science et de l’éthique. Jacques Testart est justement au confluent de ces deux mondes.

Le biologiste, connu comme le père du premier bébé-éprouvette français, est un scientifique, mais aussi un bioéthicien de renom. Il a publié il y a quelques mois un livre intitulé Au péril de l’humain – Les promesses suicidaires des transhumanistes. Pour lui, rien dans l’état actuel de la science ne valide les idées et les projections des transhumanistes.

Ils vous disent qu’on va mettre le contenu de nos cerveaux sur un disque dur. Cela ébahit les gens. Mais la vérité c’est qu’on n’a strictement aucune idée comment faire ça! Il n’y a aucune base scientifique!

Le biologiste Jacques Testart
Jacques Testart.                  Jacques Testart, rencontré chez lui en banlieue de Paris. Photo : Radio-Canada / Janic Tremblay

Il rappelle que l’on ne sait presque rien du génome et du fonctionnement du cerveau. Partisan d’une science lente et précautionneuse, il est persuadé qu’il faudra encore de très nombreuses années avant de voir certains volets du projet des transhumanistes devenir possibles. Mais, de toute façon, il rejette en bloc à peu près tout ce qu’ils proposent.

Pour moi le transhumanisme, c’est le nouveau nom de l’eugénisme. Fabriquer des individus identiques et hyperperformants, moi, j’appelle cela du clonage social.

Le biologiste Jacques Testart

Ses reproches ne s’arrêtent pas là. Pour Jacques Testart, le transhumanisme n’est pas un projet de société, mais plutôt un amalgame d’aspirations individuelles et égoïstes. Il cherche sans les trouver les valeurs collectives et citoyennes dans ce mouvement.

Ce sont des libertariens qui créent de nouveaux mythes en promettant l’immortalité. Il y a même une forme de violence contre ceux qui ne se soumettraient pas à ce nouvel idéal.

Le biologiste Jacques Testart

« Cela ne fonctionnera pas, mais ça fait quand même du mal à notre espèce, car cela isole les gens. Où est l’empathie? Où est la solidarité dans tout ça? Il ne faudrait pas oublier que si Homo sapiens a réussi à s’imposer, c’est surtout grâce à la coopération qui caractérise notre espèce », observe Jacques Testart.




Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Headlines

Huawei survivrait-elle à des sanctions américaines?

Published

on

By


Soupçonnée notamment d’espionnage industriel et de fraude bancaire, la firme chinoise serait assez puissante pour encaisser les millions de dollars américains d’amendes que pourrait lui imposer le département américain de la Justice.

« C’est une très grande compagnie si l’on regarde son chiffre d’affaires. Elle offre également un bon rapport qualité-prix », estime Zhan Su, professeur au Département de management à l’Université Laval et titulaire de la chaire Stephen-A.-Jarislowsky en gestion des affaires internationales.

Huawei est, depuis l’été 2017, le deuxième producteur de téléphones intelligents en importance dans le monde, derrière le coréen Samsung et devant l’américain Apple.

L’entreprise chinoise est également en tête pour ce qui est des équipements de réseaux de télécommunication (tours cellulaires, modems, etc.) devant Nokia et Ericsson.

Un panneau publicitaire de Huawei est visible devant un magasin Apple dans une rue de Shanghai.Huawei est l’un des trois principaux fournisseurs de téléphones intelligents au monde, devant Apple. Photo : Getty Images / STR

Ce qui pourrait faire mal à Huawei, ce sont de potentielles sanctions contre les banques américaines qui font affaire avec l’entreprise, un scénario que M. Su juge peu probable.

« Les Américains contrôlent le système financier global. Si les Américains imposent une sorte de sanction contre toutes les banques qui font affaire avec Huawei, ça pourrait être très très dur. Fatal? Je ne crois pas. »

Le cas de ZTE

La situation entre Huawei et les États-Unis n’est pas sans rappeler une crise similaire qui avait opposé le gouvernement américain à une autre firme chinoise en mars 2017.

À l’époque, l’entreprise ZTE avait plaidé coupable à des accusations de non-respect des sanctions économiques américaines contre l’Iran. La firme s’était engagée à payer une somme de plus d’un milliard de dollars américains.

Or, ZTE n’a pas respecté son engagement et le gouvernement Trump avait empêché certaines entreprises américaines de fournir du matériel à ZTE, ce qui l’a poussée vers la faillite.

Un homme passe devant un écran présentant la valeur de différentes actions boursières, dont celle de ZTE.La valeur des actions de ZTE avait chuté de 39 % en juin 2018 après une entente entre la compagnie chinoise et le gouvernement américain. Photo : Getty Images / Philip Fong

Cette interdiction a depuis été levée par les États-Unis, mais l’histoire ressemble beaucoup à celle de Huawei, selon M. Su. Il rappelle que les deux entreprises sont perçues comme des menaces par les Américains; elles évoluent dans le domaine de la télécommunication et auraient outrepassé les sanctions contre l’Iran.

« Huawei est beaucoup moins dépendante [que ZTE] des pièces fournies par des compagnies américaines, explique le professeur. Elle importe beaucoup, mais elle détient beaucoup de monnaies d’échange. »

Dépendance asymétrique

M. Su précise que Huawei détient près de 46 % des brevets en lien avec la technologie 5G, la prochaine révolution technologique dans le domaine des télécommunications.

Le professeur poursuit en précisant que Huawei a « peu besoin » du marché américain pour se développer.

Ce sont plutôt les pays occidentaux qui se retrouveront avec un casse-tête s’ils prennent la décision, à l’instar des Américains, d’empêcher la firme chinoise de faire des affaires sur leur territoire.

« La technologie de 5G fournie par Huawei est beaucoup plus intéressante que les autres compagnies et c’est peut-être la seule grande entreprise qui peut la commercialiser maintenant », estime M. Su, qui ajoute que les pays refusant de faire affaire avec la compagnie chinoise pourraient accuser d’importants retards dans la mise en place de cette nouvelle technologie.

Un homme tend la main vers une présentation vidéo d'une tour de télécommunication devant plusieurs journalistes.Huawei a présenté en janvier 2019 ses équipements pour le réseau 5G à Pékin en Chine. Photo : Getty Images / Fred Dufour

Au Canada, les entreprises Bell et Telus ont émis des réserves quant à une interdiction pour Huawei de s’implanter au pays.

« Les équipements Huawei sont déjà bien présents dans les réseaux de télécommunications actuels au Canada [le 3G et le 4G]. De passer au 5G, ce n’est pas d’éliminer toutes les anciennes infrastructures, c’est plutôt d’utiliser ce qui existe déjà », explique M. Su.

C’est sans compter que l’entreprise peut toujours se tourner vers les marchés asiatiques, africains et sud-américains où elle est déjà bien implantée.

En 2017, 15 % des ventes d’appareils mobiles de Huawei avaient été réalisées en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique.

Dans tous les cas, Zhan Su rappelle que les pays occidentaux doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils font affaire avec Huawei, sans toutefois tomber dans un état de crainte injustifiée.

« Il y a un calcul économique et il y a la question de la sécurité nationale, rappelle-t-il. La question de sécurité nationale ne se pose pas nécessairement en termes de faits, de menaces tangibles qui justifient nos actions. C’est plutôt une sorte de doute. »

Le professeur rappelle que les États-Unis et d’autres pays enquêtent sur Huawei depuis une dizaine d’années sans qu’aucune menace réelle n’ait été dévoilée.

« Notre système juridique se base sur la présomption d’innocence, estime-t-il. Est-ce qu’on va prendre une décision en fonction uniquement de doutes? »



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Headlines

Des centaines de personnes rendent hommage à la fillette tuée en banlieue de Toronto

Published

on

By


Des chandelles ont été allumées à 18 h, au parc Meadowvale Village de Mississauga, à deux pas de l’école fréquentée par la jeune fille.

L’organisatrice de l’événement, Amrita Naipaul, a raconté à Radio-Canada être une connaissance de la mère de la victime. « En tant que communauté, la disparition de la petite a été ressentie par tout le monde », a soutenu l’organisatrice dans une publication Instagram.

Il y a tant de gens qui ont souffert de la disparition de cet ange, la famille de Riya a besoin de nos prières et de notre amour.

Amrita Naipaul, dans une publication Instagram
Un homme avec une chandelle à la main.Un homme avec une chandelle à la main. Photo : Radio-Canada

L’enquête pour homicide avait débuté après que le corps de la jeune 11 ans, eut été retrouvé dans une résidence, dans la nuit de jeudi à vendredi.

L’enfant avait fait l’objet d’une alerte Amber.

Des fleurs et des ballonsDes fleurs et des ballons ont été déposés à la résidence où le corps de la fillette a été retrouvé. Photo : Radio-Canada / Linda Ward

Le père de fillette, Roopesh Rajkumar a été arrêté par la police sur la route 11 à Orillia, à environ 130 km au nord de Brampton. Il fait face à une accusation de meurtre au premier degré.

La victime avait passé la journée avec son père pour célébrer son anniversaire, selon la police. L’homme de 41 ans, qui n’avait pas la garde de l’enfant, devait la ramener avant 18 h 30.

L’enquête sur les circonstances entourant la mort de la jeune fille se poursuit.



Source link

قالب وردپرس

Continue Reading

Chat

Trending