Connect with us

Headlines

Don record à l’Université McGill : vers un accroissement des inégalités?

Published

on

[ad_1]

Un texte d’Alexis Gacon

« C’est quelque chose de formidable! Qu’un donateur ait une telle générosité, c’est un geste magnifique qui, j’espère, inspirera les autres donateurs, comme ceux de l’Université du Québec à Montréal! », s’enthousiasme Magda Fusaro, rectrice de l’UQAM.

Avec ce don record au pays, les conjoints McCall MacBain vont financer des bourses qui permettront à 75 étudiants par année, venus du Canada ou d’ailleurs, de faire une maîtrise ou des études professionnelles, assorties d’un programme de perfectionnement.

Pierre Bélanger, directeur de la fondation de l’UQAM, se réjouit pour l’Université McGill, car ce don va « faire en sorte que les étudiants restent au Québec ». Il admet cependant que le montant vient « dérégler les règles de la concurrence », en ce qui concerne la capacité des universités à attirer des étudiants étrangers.

Ce don vient aussi bouleverser l’équilibre entre les établissements d’éducation supérieure, selon Sylvain Lefèvre, directeur scientifique du Philab, réseau canadien de recherche partenariale sur la philanthropie. Pour lui, cet apport va « accroître les inégalités existantes », particulièrement entre les universités francophones et anglophones.

Le poids de l’histoire

« Si l’on compare des universités de taille proche, à Montréal, pour une campagne de don majeure, l’Université McGill va recevoir 1 milliard, l’Université Laval, 500 millions, et l’Université du Québec à Montréal, 100 millions », soutient Sylvain Lefèvre.

Dans les universités francophones de Montréal, les dons de particuliers les plus importants n’arrivent pas au niveau de l’Université McGill, qui est dans une classe à part. L’UdeM avait reçu le don individuel le plus important pour une université francophone canadienne, d’un montant de 15 millions de dollars, l’an dernier, du donateur Guy Joron. Soit la même somme que le plus grand don reçu par l’université anglophone Concordia.

Aux dires de Sylvain Lefèvre, traditionnellement, les anciens étudiants des universités anglophones sont plus enclins à faire des dons à leur alma mater.

Au niveau de la philanthropie, les francophones, nous sommes à des années-lumière des anglophones. Ils donnent souvent à leur université d’origine. Nous, on progresse […] On fait la stratégie des petits pas.

Pierre Bélanger, directeur de la fondation de l’UQAM

Sylvain Lefèvre soutient cependant que la tradition du don dans la communauté anglophone n’est qu’une partie de l’explication de ce fossé. Pour lui, les étudiants de McGill ont des origines sociales plus élevées, et cela se ressent dans les montants donnés par les anciens élèves.

Les facultés proposées par les universités comptent aussi. Il affirme que les établissements qui concentrent des programmes de médecine ou de génie, comme McGill, sont « des aspirateurs à dons ».

Les donations au beau fixe

Lors de l’annonce du don à l’Université McGill, l’adjoint parlementaire au ministre québécois de l’Éducation, Youri Chassin, s’est félicité de la bonne santé des dons privés aux universités. « Si les dons privés sont plus courants au sud de la frontière, et dans les autres provinces canadiennes, je suis très fier de voir que nous emboîtons le pas de plus en plus », a-t-il déclaré.

Magda Fusaro, rectrice de l’UQAM, l’affirme également : « L’argent est là, il existe une capacité à donner ». Mais pour elle, les dons particuliers ne « doivent pas combler le sous-financement de l’université ».

D’après Sylvain Lefèvre, les dons privés d’envergure sont aussi dus au fait que les pouvoirs publics proposent des incitatifs. « Dans le don, il y a toujours de l’argent public, à cause des crédits d’impôt des dons de bienfaisance. […] On finance collectivement les choix de placements, les préférences des mieux nantis! »

Selon M. Lefèvre, les très grands dons sont de plus en plus nombreux, car on est dans une phase d’accroissement des inégalités, « de grosses accumulations de capital ».

Mondialiser les donateurs

Pour Raymond Lalande, vice-recteur aux relations avec les diplômés, aux partenariats et à la philanthropie de l’Université de Montréal, la somme historique reçue par l’Université McGill peut changer la donne.

200 millions, à part aux États-Unis, je ne me souviens pas d’une telle somme! C’est sûr qu’elle va avoir des effets. Plus l’université a des fonds de philanthropie, plus cela donne une marge de manœuvre pour attirer les meilleurs étudiants avec des bourses, et c’est cela qui compte le plus.

Raymond Lalande, vice-recteur aux relations avec les diplomés, aux partenariats et à la philanthropie de l’Université de Montréal

Avec ce don, Marcy et John McCall MacBain veulent trouver les « bijoux cachés » parmi les étudiants. « On croit que le talent est partout, mais que les opportunités, non […] Peut-être qu’ils ont eu des défis, mais qu’ils n’ont pas eu les opportunités », dit Marcy McCall MacBain.

Pour venir tutoyer les dons reçus par McGill, l’Université de Montréal mise sur la variété des donateurs. En sept ans, l’UdeM a récolté 601 millions de dollars de dons alors que la campagne précédente n’en avait amassé que 225 millions.

« Sans vous révéler nos secrets, dans la philanthropie universitaire, on a besoin de toute la pyramide des dons. En haut de celle-ci, il y a des dons exceptionnels. Mais les plus petits sont importants aussi, on mise sur le principe multiplicateur, l’effet d’entraînement, grâce à notre réseau de bénévoles », explique Raymond Lalande.

75 employés à temps plein pour récolter les dons à l’Université McGill

Les bénévoles ne sont qu’une partie de la force de frappe des universités pour récolter des fonds. Si la fondation de l’UQAM dispose de 20 personnes à temps plein pour la collecte des dons, l’Université McGill en compte 75. En plus, des étudiants travaillent à temps partiel pour recruter des donateurs. Elle fait aussi appel à une firme spécialisée en philanthropie pour peaufiner l’efficacité de sa collecte de fonds.

L’Université McGill, née en 1821, peut s’appuyer sur un réseau de 275 000 diplômés dans le monde entier. La majorité des dons qu’elle reçoit ne proviennent pas du Québec. En 2017-2018, les 30 000 donateurs qui ont sorti leur portefeuille provenaient à 34,9 % de la province, contre 16 % du reste du Canada et 49,1 % du reste du monde.

« À McGill, il y a un bon pourcentage de leurs dons qui proviennent de l’étranger, de New York. On n’a pas cela nous! Mais le temps peut changer les choses », espère Pierre Bélanger, de la fondation de l’UQAM.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

List of Tourist Attractions Open Now in Ottawa

Published

on

By

With Ontario now in Step 3 of 2021 three-step plan for reopening, museums and other indoor attractions are allowed to reopen with capacity limited to not exceed 50 per cent capacity indoors and 75 per cent capacity outdoors.

Here is a list of Ottawa attractions you can visit starting July 16th.

Do remember to wear masks and buy tickets in advance.

Parliament Hill

Parliament’s Centre Block and Peace Tower are closed for renovation.

You can join for tours of the Senate of Canada Building (2 Rideau Street), House of Commons at West Block (111 Wellington Street) on Parliament Hill, and East Block at East Block (111 Wellington Street) on Parliament Hill.

When: Grounds open; guided tours of Parliament are suspended through the summer of 2021.
Where: 111 Wellington Street, Downtown Ottawa

Continue Reading

Headlines

Ottawa performer leapfrogs from gymnastics to Broadway to TV

Published

on

By

A new AppleTV+ series set in a magical town that’s stuck in a neverending 1940s musical includes a pair of Ottawa siblings in the cast. 

Warren Yang and his sister, Ericka Hunter, play two of the singing, dancing residents of the village portrayed in Schmigadoon!, a small-screen series that takes its cues from classic musicals like Brigadoon, Wizard of Oz and Sound of Music, and skewers them with the offbeat comedic mastery of Saturday Night Live. 

In fact, you’ll recognize many of the names from SNL, starting with executive producer Lorne Michaels, creator of the late-night, live-comedy sketch show. Schmigadoon! also stars SNL cast member Cecily Strong and comedian Keegan-Michael Key, who hosted SNL in May. They play a New York couple who get lost on a hike and stumble into a strange town where everyone sings and dances. 

For Yang, a relative newcomer to show-biz, the series marks his television debut. For Hunter, the younger of his two older sisters, it’s the latest in a career path that began with dance lessons as a child more than 30 years ago. She attended Canterbury High School, Ottawa’s arts-focused secondary school. 

“Her dream was always to perform,” said Yang, 34, in an interview. “But that was never the path I thought was an option for me.” 

While his sister studied dance, Yang did gymnastics. He was an elite gymnast throughout his youth, ultimately leaving Merivale High School at 16 to train in Montreal, finishing high school through correspondence courses. He was a member of the Canadian National Team and received a scholarship to study at Penn State, majoring in marketing. 

A few years after graduation, Yang was working at an advertising agency in Toronto when he got a call from a Manhattan number. To his astonishment, they asked if he would be interested in auditioning for a Broadway revival of Miss Saigon.

Continue Reading

Headlines

COVID-19: uOttawa to require vaccination for students living in residence

Published

on

By

Vaccination will be mandatory for students who want to live in residence at the University of Ottawa this year, with proof of vaccination and at least one dose required before move-in, or within two weeks of doing so if they can’t secure a shot before arriving.

Those who can’t receive a vaccine for “health-related reasons or other grounds protected under the Ontario Human Rights Code” will be able to submit a request for accommodation through the university’s housing portal, according to information on the university’s website.

Students with one dose living in residence will also have to receive their second dose “within the timeframe recommended by Ottawa Public Health.”

People who haven’t been granted an exemption and don’t get vaccinated or submit proof of having done so by the deadlines set out by the school will have their residence agreements terminated, uOttawa warns.

“Medical and health professionals are clear that vaccination is the most (effective) means of protecting people and those around them,” reads a statement provided to this newspaper by uOttawa’s director of strategic communications, Patrick Charette.

Article content

“It is precisely for this reason that the University of Ottawa is requiring all students living in residence for the 2021-2022 academic year to be fully vaccinated. The University recognizes that some students may require accommodations for a variety of reasons and will be treating exceptions appropriately.”

Faculty, staff and students are also strongly encouraged to get vaccinated, the statement notes.

“Ensuring a high vaccine coverage in all communities is critical to ensuring an ongoing decline in cases and ending the pandemic. This will be especially important with the return of students to post-secondary institutions in our region in the fall of 2021.”

Neither Carleton University nor Algonquin College is currently mandating vaccination for students living in residence, according to the websites for both schools. But uOttawa isn’t alone in its policy – Western University, Trent University, Durham College and Fanshawe College have all implemented similar requirements. Seneca College, in the GTA, is going even further, making vaccination mandatory for students and staff to come to campus, in-person, for the fall term.

Continue Reading

Chat

Trending