Connect with us

Headlines

30 ans de tramway à Grenoble : les ambitions du maire Piolle

Editor

Published

on

[ad_1]

Le projet de mobilité durable baptisé « Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole » mis de l’avant par le maire Piolle vise à rendre le centre-ville plus accessible et y améliorer la qualité de vie.

En 2017, l’administration a choisi de limiter la vitesse à 30 km/h dans 80 % des rues de Grenoble.

L’année suivante, une zone à circulation limitée voyait le jour au centre-ville. Les propriétaires de voitures doivent maintenant se doter de vignettes spéciales selon l’âge et le modèle de leur véhicule.

Les jours de smog, les autos les plus polluantes ne peuvent entrer en ville sous peine de recevoir une contravention.

Un cycliste sur une piste cyclable, en bordure de la routeUn cycliste sur une piste cyclable, en bordure de la route Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Des commerçants mécontents

Le projet soulève toutefois la controverse depuis ses débuts, il y a deux ans.

Des commerçants affirment notamment que le centre-ville de Grenoble est moins fréquenté depuis que la mairie multiplie les chantiers pour favoriser les déplacements à pied ou à vélo.

Le restaurateur Marwan Hammadi soutient que le chiffre d’affaires de son commerce a chuté.

Les temps sont durs pour plusieurs commerçants à Grenoble.Les temps sont durs pour plusieurs commerçants à Grenoble. Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

« C’est vrai qu’il abuse le maire », lance Marwan Hammadi derrière le comptoir de son petit casse-croûte du centre-ville de Grenoble.

Il assure ne pas être contre le développement du réseau de tramway, qui s’étend maintenant sur plus de quarante kilomètres au sein de l’agglomération grenobloise.

Mais pour ce qui est du vaste plan de mobilité durable d’Éric Piolle, il ne mâche pas ses mots :« Assez, c’est assez! »

Là, on voit un peu d’égoïsme. Il pense beaucoup à son projet, mais pas au reste!

Marwan Hammadi, restaurateur au centre-ville de Grenoble

Incapable de se payer un employé, Marwan Hammadi dit travailler seul, six jours sur sept.

Une ville moderne

Pour Éric Piolle, l’auto solo doit céder de la place aux transports collectifs et actifs dans les villes modernes et Grenoble en fait partie.

Le maire de Grenoble, Éric PiolleLe maire de Grenoble, Éric Piolle Photo : Radio-Canada

« Les villes s’adaptent aux enjeux du 21e siècle, explique-t-il. Elles ont été conçues après la guerre pour le ‘”tout voiture” et petit à petit, elles grignotent de l’espace public et de la qualité de vie. »

Une multitude de chantiers sont en cours pour aménager des pistes cyclables et de nouvelles places piétonnes. La création de sens uniques vise aussi à donner plus d’espace aux marcheurs et cyclistes.

Des efforts de verdissement et des ajouts de mobilier urbain complètent le projet.

Je suis un optimiste. Nous pouvons y arriver ensemble.

Éric Piolle, maire de Grenoble
Des travaux dans la ville de GrenobleDes travaux dans la ville de Grenoble Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

L’auto « traquée »?

La situation fait bondir le vice-président de l’Automobile Club de Grenoble, Alain Freyssinet.

Selon lui, la voiture est désormais « traquée » par l’administration Piolle et les automobilistes ont raison de déserter le centre-ville, car ils ne sont plus les bienvenus.

Passage piéton à GrenobleUn passage piéton à Grenoble Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Alain Freyssinet dénonce la disparition des espaces de stationnement au centre-ville avec l’expansion du réseau de tramway et la création de nouveaux aménagements pour favoriser les déplacements à pied et à vélo.

À un an des prochaines élections municipales en France, il prévient Éric Piolle que la voix des automobilistes se fera entendre.

On le voit avec le mouvement des gilets jaunes, la voiture est devenue un sujet principal, un sujet d’intérêt général. Je pense qu’ils seront obligés d’en tenir compte.

Alain Freyssinet, vice-président de l’Automobile Club de Grenoble

Un « moment d’efforts »

Le président du Syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise (SMTC), Yann Mongaburu, est bien conscient de l’impact des chantiers sur les commerçants et les Grenoblois.

« Toute phase de travaux représente un moment d’efforts », concède-t-il.

Un tramway dans le centre-ville de GrenobleUn tramway dans le centre-ville de Grenoble Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Il se dit cependant convaincu qu’une fois le réaménagement complété d’ici 2020, le centre-ville sera beaucoup plus invitant pour les touristes et les résidents.

Ces travaux-là, ils ont pour vocation, et nous en avons la conviction, de permettre au centre-ville de battre plus fort demain.

Yann Mongaburu, Syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise (SMTC)

Yann Mongaburu croit que « l’urgence climatique » commande une action robuste des villes pour favoriser la mobilité durable et réduire nos émissions de gaz à effet de serre.

« La vraie question c’est le compte à rebours climatique, dit-il. Ça ne se joue pas ailleurs, ça se joue dans chacune de nos villes et il faut du courage pour être à la hauteur. »

Des faillites annoncées?

De son côté, Marwan Hammadi prévient que l’absence d’un programme de compensation municipal pour la durée des chantiers commence à peser lourd.

L’organisation d’événements ponctuels par l’administration Piolle pour attirer la population en ville n’aurait pas permis de pallier la baisse de ses ventes.

La ville de Grenoble en France La ville de Grenoble en France Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Il ne doute pas de la volonté de la mairie à changer les choses pour le mieux, mais il se demande s’il tiendra le coup encore longtemps.

« Je peux y croire, mais attendre… Si on a moins d’activité, combien de temps? »

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Grenoble affirme pour sa part dans son bilan de 2018 que le chiffre d’affaires des commerces de détail grenoblois a bel et bien reculé de 0,8 % l’an dernier, mais un repli de 0,2 % a aussi été enregistré à l’échelle de la France.

La baisse de la confiance des ménages continue de plomber les ventes dans les commerces de proximité.

Difficile pour l’instant d’affirmer si la hausse de pouvoir d’achat attendue avec les baisses de cotisations annoncées par le gouvernement Macron permettra d’inverser la tendance en 2019.

30 ans de tramway à Grenoble : les ambitions du maire Piolle est le troisième de trois reportages diffusés au Téléjournal Québec les 18, 19 et 20 février 2019 sur l’implantation du tramway à Grenoble, une ville comparable à celle de Québec. Nous nous sommes également rendus à Toronto afin d’aborder le fonctionnement d’un tramway dans des conditions hivernales. Ce reportage sera présenté le jeudi.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

Biometric Vaccines Are Here Preceding Forced Digital ID

Editor

Published

on

By

The future of vaccines is here, just in time for the coming forced digital ID. This isn’t some sci-fi movie based on some conspiracy theorists’ idea of Revelation where every living being is required to be tagged. Biometric vaccines are real, are in use and have been deployed in the United States.

Biometric vaccines are immunizations laced with digital biometrics, created from merging the tech industry with big pharma. This new form of vaccine injects microchips into the body creating a global ID matrix to track and control every person. Not only has this satanic system already been rolled out, billions may already have been injected unaware.

ID2020 Alliance, a program aimed at chipping every person on earth, has collaborated with GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunizations) to inject these microchips into the body through immunization. 

Continue Reading

Headlines

How to get more of everything you love about Ottawa

Editor

Published

on

By

We love Ottawa, and we want to help you make the most of living in the capital.

Ottawa Magazine is launching a new membership program, with front-of-the-line access to events, special offers at cultural institutions, and exclusive access to one-of-a-kind food and drink experiences at the city’s best restaurants. And of course, a subscription to our award-winning magazine.

Basically, everything you love about the city… just more of it.

Sign up for more information now and you’ll be one of the first to hear when memberships go on sale!

Continue Reading

Headlines

Where to Live Now: A data-driven look at Ottawa neighbourhoods

Editor

Published

on

By

What does community have to do with buying a house? Do people really want friendly neighbours, or do they just want the most square footage for their buck?

In The Village Effect: How Face-to-Face Contact Can Make Us Healthier, Happier and Smarter, Montreal psychologist Susan Pinker cited a 2010 study conducted at Brigham Young University in Idaho that analyzed relationship data for more than 300,000 people over nearly eight years. She discovered that people who were integrated into their communities had half the risk of dying during that time as those who led more solitary lives. In Pinker’s analysis, integration meant simple interactions such as exchanging baked goods, babysitting, borrowing tools, and spur-of-the-moment visits — exactly the kinds of exchanges we saw grow when COVID-19 forced us all to stay home.

For this year’s real estate feature in the Spring/Summer 2020 print edition, we crunched the numbers to find the neighbourhoods where we think you’re most likely to find such opportunities for engagement. Using data available through the Ottawa Neighbourhood Study (ONS), we chose six indicators that we believed would attract those looking to connect with the people around them. Omitting rural areas, we awarded points to each neighbourhood according to where it landed in the ranking. (In the event of a tie, we used a secondary indicator of the same theme to refine the ranking.) You’ll find the ten neighbourhoods that performed the best according to those six indicators listed below, along with resident profiles and notable destinations in each ’hood — though many have been forced to adapt to COVID-19, most are offering delivery and/or take-out, and we are hopeful they will resume normal operations once it is safe to do so.

Continue Reading

Chat

Trending