Connect with us

Headlines

Québec veut mettre fin aux projets pilotes dans l’industrie du taxi

Editor

Published

on

[ad_1]

Par ce projet de loi qu’il entend déposer dans les semaines à venir, le ministre Bonnardel veut également favoriser l’innovation.

« Il est hors de question pour moi ou notre gouvernement de chasser les nouvelles innovations du Québec sous prétexte qu’elles ne concordent pas avec nos vieilles lois », a déclaré le ministre Bonnardel mercredi à l’Assemblée nationale.

« C’est à nous d’adapter notre environnement tout en respectant les joueurs déjà présents », a-t-il ajouté.

Le gouvernement de François Legault veut réformer l’industrie du transport rémunéré de personnes par automobile et la rendre « équitable ». « Tout le monde doit jouer selon les mêmes règles », a martelé François Bonnardel.

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) compte abolir les projets pilotes qui créent de l’incertitude dans l’ensemble de l’industrie, selon François Bonnardel. Ces projets pilotes étaient, toujours selon le ministre des Transports, la façon qu’avait le précédent gouvernement « de repousser les décisions importantes à plus tard ».

« Le parti libéral n’a pas eu le courage dans les quatre dernières années, aucun courage, de moderniser cette industrie », a rétorqué M. Bonnardel après que le critique libéral des transports, Gaétan Barrette, eut critiqué « ce procès des projets pilotes ».

Quelles conséquences aura cette future loi?

Selon Gaétan Barrette, le gouvernement de la CAQ poursuit des projets pilotes qu’avaient initiés les libéraux dans le domaine de la santé. Et, dans le domaine du transport, « les projets pilotes étaient demandés par le milieu, qui voulait vivre une transition qui soit constructive », dit-il.

Gaétan Barrette reproche aussi à François Bonnardel de ne pas avoir abordé, dans sa déclaration ministérielle, l’enjeu des propriétaires de taxi qui subiront l’impact de la nouvelle réglementation.

L’usager d’abord, dit François Bonnardel

Le ministre des Transports veut placer « l’usager », et non « les lobbys », au centre de sa future loi. Les usagers doivent bénéficier de services compétitifs et accessibles, dit M. Bonnardel.

Une intention qu’approuve la députée de Québec solidaire, Ruba Ghazal, qui y va cependant de cette mise en garde : « Il ne faut pas oublier les victimes, souvent, de cette modernisation-là qui sont les travailleurs et chauffeurs de taxi du modèle traditionnel. »

Un « infâme » projet de loi adopté sous le bâillon

La députée de Mercier soutient par ailleurs que le « chaos » qui règne dans l’industrie provient de « l’infâme projet de loi 100 qui a été adopté sous le bâillon par le gouvernement précédent ». Ruba Ghazal, dénonce le fait que les libéraux de Philippe Couillard « avaient choisi de favoriser Uber, par des projets pilotes à la pièce ».

Catherine Fournier du Parti québécois a dit espérer que le gouvernement agira dans ce dossier « qui a été laissé pour compte ces dernières années ».

« On a tous vu les conséquences humaines, graves, sur la vie des chauffeurs de taxi », a affirmé la députée de Marie-Victorin.

Un téléphone intelligent affichant le logo d'Eva aux côtés d'un téléphone à cadran.La coopérative Eva veut transformer le modèle d’affaires des entreprises de transport alternatif. Photo : Radio-Canada

En attendant la loi…

Depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement de la CAQ, « quatre décisions urgentes ont été prises pour régulariser certaines situations », a expliqué le ministre Bonnardel.

  • la poursuite du projet pilote d’Uber;
  • la reconduction du projet pilote favorisant les services de transport par taxi électrique;
  • la reconduction du projet pilote associé à l’application mobile de Taxi Coop à Québec;
  • l’autorisation, accordée le mois dernier, à la coopérative québécoise EVA pour l’exploitation de son entreprise au Québec, selon les règles du projet pilote.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

Biometric Vaccines Are Here Preceding Forced Digital ID

Editor

Published

on

By

The future of vaccines is here, just in time for the coming forced digital ID. This isn’t some sci-fi movie based on some conspiracy theorists’ idea of Revelation where every living being is required to be tagged. Biometric vaccines are real, are in use and have been deployed in the United States.

Biometric vaccines are immunizations laced with digital biometrics, created from merging the tech industry with big pharma. This new form of vaccine injects microchips into the body creating a global ID matrix to track and control every person. Not only has this satanic system already been rolled out, billions may already have been injected unaware.

ID2020 Alliance, a program aimed at chipping every person on earth, has collaborated with GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunizations) to inject these microchips into the body through immunization. 

Continue Reading

Headlines

How to get more of everything you love about Ottawa

Editor

Published

on

By

We love Ottawa, and we want to help you make the most of living in the capital.

Ottawa Magazine is launching a new membership program, with front-of-the-line access to events, special offers at cultural institutions, and exclusive access to one-of-a-kind food and drink experiences at the city’s best restaurants. And of course, a subscription to our award-winning magazine.

Basically, everything you love about the city… just more of it.

Sign up for more information now and you’ll be one of the first to hear when memberships go on sale!

Continue Reading

Headlines

Where to Live Now: A data-driven look at Ottawa neighbourhoods

Editor

Published

on

By

What does community have to do with buying a house? Do people really want friendly neighbours, or do they just want the most square footage for their buck?

In The Village Effect: How Face-to-Face Contact Can Make Us Healthier, Happier and Smarter, Montreal psychologist Susan Pinker cited a 2010 study conducted at Brigham Young University in Idaho that analyzed relationship data for more than 300,000 people over nearly eight years. She discovered that people who were integrated into their communities had half the risk of dying during that time as those who led more solitary lives. In Pinker’s analysis, integration meant simple interactions such as exchanging baked goods, babysitting, borrowing tools, and spur-of-the-moment visits — exactly the kinds of exchanges we saw grow when COVID-19 forced us all to stay home.

For this year’s real estate feature in the Spring/Summer 2020 print edition, we crunched the numbers to find the neighbourhoods where we think you’re most likely to find such opportunities for engagement. Using data available through the Ottawa Neighbourhood Study (ONS), we chose six indicators that we believed would attract those looking to connect with the people around them. Omitting rural areas, we awarded points to each neighbourhood according to where it landed in the ranking. (In the event of a tie, we used a secondary indicator of the same theme to refine the ranking.) You’ll find the ten neighbourhoods that performed the best according to those six indicators listed below, along with resident profiles and notable destinations in each ’hood — though many have been forced to adapt to COVID-19, most are offering delivery and/or take-out, and we are hopeful they will resume normal operations once it is safe to do so.

Continue Reading

Chat

Trending