Connect with us

Headlines

Juan Guaido dit avoir été aidé par l’armée vénézuélienne

Editor

Published

on

[ad_1]

Juan Guaido est sous le coup d’un ordre judiciaire qui lui interdit de quitter le pays, chose qui est en plus rendue difficile par le fait que le gouvernement a coupé les routes permettant de traverser les frontières.

« La question est comment nous sommes arrivés ici aujourd’hui, alors qu’ils ont interdit l’espace aérien, tout type de traversée maritime, barré les routes […] Nous sommes là précisément parce que les forces armées ont aussi participé à ce processus », a déclaré Juan Guaido aux médias, au côté des présidents de la Colombie, du Chili, du Paraguay, ainsi que du secrétaire général de l’Organisation des états américains (OEA).

Le président Nicolas Maduro n’a toutefois pas encore fermé la frontière avec la Colombie, comme il l’a fait avec le Brésil jeudi, bien qu’il envisage cette possibilité.

Deux morts à la frontière brésilienne

Les deux groupes sont face à face.Des gens attendant de pouvoir entrer au Venezuela se tiennent devant la Garde nationale vénézuélienne, à la frontière entre le Venezuela et le Brésil, à Pacaraima, dans l’État brésilien de Roraima. Photo : Reuters / Ricardo Moraes

Suite à l’ordre de Nicolas Maduro de fermer la frontière avec le Brésil, au moins deux personnes sont mortes et plusieurs autres ont été blessées lors d’affrontements dans cette région. Les victimes tentaient d’empêcher des militaires vénézuéliens de bloquer une route permettant l’entrée d’aide humanitaire dans le pays, selon une ONG de défense des droits de la personne.

En dépit de cette décision du président vénézuélien, qui veut éviter que toute aide humanitaire envoyée par les États-Unis puisse être acheminée dans le pays et qui considère l’initiative de faire entrer cette aide comme une « provocation » et un prétexte à une intervention armée pour le renverser, le Brésil a décidé de maintenir son soutien logistique.

Il imite ainsi la Colombie, où des avions et des camions transportant des tonnes d’aide américaine sont déjà stationnés à Cucuta, du côté colombien du pont Tienditas, qui rejoint le Venezuela.

On ignore comment cette aide pourra maintenant être acheminée au Venezuela, mais selon Juan Guaido, elle franchira les frontières de son pays coûte que coûte samedi.

M. Guaido a exhorté les Vénézuéliens à se mobiliser en masse et à former des « caravanes » et une « avalanche humanitaire » à la frontière.

Le président Maduro, qui nie l’existence d’une crise humanitaire, aurait de son côté reçu une cargaison d’aide de la Russie au début de cette semaine, selon les médias d’État russes.

Appel au calme de l’ONU

Devant ce bras de fer vénézuélien, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a tenté de calmer le jeu vendredi.

Il a appelé toutes les parties à « éviter la violence », un message qu’il a transmis au secrétaire d’État américain et à son homologue vénézuélien, Jorge Arreaza.

M. Guterres a aussi exhorté le Venezuela « à ne pas recourir à la force létale contre les manifestants ».

« L’ONU continuera à agir en accord avec les principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance, en travaillant avec les institutions vénézuéliennes pour aider la population dans le besoin », a-t-il ajouté dans un communiqué publié après sa rencontre avec Jorge Arreaza.

Le chef des Nations unies a déjà fait savoir plusieurs fois son opposition à toute « politisation » de l’aide humanitaire envoyée au Venezuela.

Un concert pour chacune des factions

Une foule immense attend.L’assistance du concert Venezuela Live Aid, à Cucuta, en Colombie. Photo : Reuters / Luisa Gonzalez

Par ailleurs, deux concerts rivaux doivent se dérouler de part et d’autre du pont Tienditas, à 300 mètres de distance l’un de l’autre.

L’événement du côté colombien, « Au secours du Venezuela » (Venezuela Aid Live), a été organisé par l’entrepreneur britannique Richard Branson, à la demande de Juan Guaido. Il vise à recueillir des fonds pour le Venezuela, où l’opposition affirme que le manque d’articles de base a laissé des milliers de personnes en danger de mort.

Les organisateurs ont invité 32 artistes, dont les vedettes latines Rudy Mancuso, Juanes et le chanteur de Despacito, Luis Fonsi, de même que le DJ suédois Alesso.

Quelques célébrités – notamment la chanteuse et actrice américano-vénézuélienne Lele Pons ainsi que le chanteur vénézuélien Danny Ocean – de même que des politiciens ont également confirmé leur participation.

« C’est un concert humanitaire. Tous les pays, tous les peuples du monde veulent la liberté », a déclaré M. Branson. « Quiconque fait quelque chose pour de bonnes raisons sera toujours critiqué, a-t-il poursuivi. Ce qui est positif, c’est que 99 % des gens dans le monde sont d’accord avec ce qui se passe ici aujourd’hui. »

Le gouvernement du président Maduro a aussi organisé son propre concert du côté vénézuélien du pont, un festival de trois jours qui a été intitulé « Ne touchez pas au Venezuela » (Hands Off Venezuela).

Le gouvernement n’a toujours pas annoncé la liste officielle des participants à son événement, mais des informations non confirmées affirment qu’environ 150 artistes y participeront.

[ad_2]

Source link

قالب وردپرس

Headlines

‘Too soon to celebrate’ Ottawa’s low case count, says Etches

Editor

Published

on

By

Ottawa Public Health (OPH) logged just 11 new cases of COVID-19 on Tuesday, the lowest daily total since Sept. 1.

Because of the lag between testing and reporting, the low number could simply reflect low turnout at the city’s testing sites on weekends — all month, new case counts have been lower on Tuesdays and Wednesdays. 

During a virtual news conference Tuesday, the city’s medical officer of health Dr. Vera Etches said she doesn’t read too much into a single day’s report.

“I don’t think we can make too much of 11. Actually, it could be a lot higher tomorrow — I would expect that, on average,” she said. “It’s too soon to celebrate.”

Provincewide, public health officials reported 1, 249 new cases Tuesday.

OPH also declared 62 cases resolved Tuesday, lowering the number of known active cases in the city to 462. Two more people have died, both in care homes currently experiencing outbreaks, raising the city’s COVID-19 death toll to 361. 

Continue Reading

Headlines

Santa Claus isn’t coming to Ottawa’s major malls this year

Editor

Published

on

By

Santa Claus may still be coming to town this Christmas, but he won’t be dropping by any of Ottawa’s major malls, thanks to the COVID-19 pandemic.

On Friday, Cadillac Fairview said Santa won’t be making an appearance at any of its 19 malls across Canada, including Rideau Centre in downtown Ottawa. On Tuesday, Bayshore and St. Laurent shopping centres confirmed they, too, are scrapping the annual tradition.

“Due to the evolution of the situation in regards to COVID-19, we have made the difficult decision to cancel our Santa Program and Gift Wrap Program this year,” Bayshore spokesperson Sara Macdonald wrote in an email to CBC.

Macdonald said parent company Ivanhoé Cambridge cancelled all holiday activities “due to the rising number of COVID-19 cases across the country.”

Macdonald said families that had already booked an appointment to visit Santa will receive an email with more information.  

Virtual visits with Santa

Rideau Centre said based on customer research and discussions with public health officials, its North Pole is going online this year.

“Children will be able to have a private chat with Santa,” said Craig Flannagan, vice-president of marketing for Cadillac Fairview. “You’ll also be able to join a 15-minute storytime with Santa over Facebook Live.” 

At Place d’Orléans Shopping Centre, visitors are invited to take a “selfie with Santa” — actually, a life-size cutout of Santa Pierre, the man who’s been playing Santa at the east end mall for years.

“We understand that this is not ideal, but in lieu of this tradition we will be doing what we can to maintain and encourage holiday cheer,” according to a statement on the mall’s Facebook page.

Continue Reading

Headlines

Ottawa Bylaw breaks up two large parties in Ottawa over the weekend

Editor

Published

on

By

OTTAWA — Ottawa Bylaw is investigating social gatherings of more than 10 people in private homes across Ottawa last weekend.

Mayor Jim Watson tells Newstalk 580 CFRA that Ottawa Bylaw broke-up two house parties over the weekend, with 20 to 25 people at each party.

“That’s the kind of stupidity that angers me, that’s where the bulk of the transmissions are taking place, if we exclude the tragedy of the long-term care homes; it’s these house parties with unrelated people,” said Watson on Newstalk 580 CFRA’s Ottawa at Work with Leslie Roberts.

“The message doesn’t seem to be getting through, particularly to some young people who think they’re invincible.”

In a statement to CTV News Ottawa, Bylaw and Regulatory Services Director Roger Chapman says, “There are still ongoing investigations from this past weekend that could result in charges.”

Chapman says recent investigations led to two charges being issued for social gatherings of more than 10 people in a private residence in contravention of the Reopening Ontario Act.

“In one case, up to 30 individuals were observed attending a house party in Ward 18 on Oct. 24,” said Chapman.

“The second charge was issued following a house party in Ward 16 on Oct. 31, where up to 16 individuals were observed to be in attendance.”

The fine is $880 for hosting an illegal gathering.

Alta Vista is Ward 18, while Ward 16 is River Ward.

Ottawa Bylaw has issued 24 charges for illegal gatherings since the start of the pandemic.

Continue Reading

Chat

Trending